Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Teknival : pourquoi quatre participants à Marigny ont été condamnés à des peines d'amendes ?

mercredi 27 juin 2018 à 19:26 Par Sophie Constanzer, France Bleu Champagne-Ardenne

Considérés comme des "co-organisateurs" de l'événement en ayant amené du matériel de sonorisation, quatre participants au dernier Teknival à Marigny dans la Marne ont été condamnés à des peines d'amendes. Et surtout, la justice a décidé la confiscation du matériel.

Les participants avaient quitté le site le 1er mai après quatre jours de festivités.
Les participants avaient quitté le site le 1er mai après quatre jours de festivités. © Radio France - Victorien Willaume

Marigny, France

Eux clament qu'ils n'ont rien "organisé", qu'ils sont juste venu à Marigny pour "faire la fête", mais la justice les considère bien comme des co-organisateurs du dernier Teknival. Quatre hommes âgés de 21 à 36 ans étaient jugés mardi à Châlons-en-Champagne pour "organisation sans déclaration préalable d'un rassemblement festif dans un espace non aménagé". Le tribunal de police les a condamné à des peines d'amendes avec sursis -200 euros chacun-, et a ordonné la confiscation des camions et du matériel de sonorisation saisis.

Pas besoin de définir le lieu pour être "organisateur"

Le rassemblement de musique techno avait rassemblé jusqu'à 30 000 personnes sur l'ancienne base de l'Otan à Marigny du 28 avril au 1er mai, et ce malgré l'interdiction de la préfecture de la Marne. Et pour la justice en effet, pas besoin d'avoir défini le lieu de l'événement pour être considéré comme organisateurs. Pour la procureure de la République, ils ont chargé du matériel de sonorisation dans leurs camions, ils l'ont transporté, et l'ont installé sur le site de Marigny. Les quatre hommes jugés mardi sont donc considérés comme co-organisateurs rien qu'en participant à ce rassemblement, qui par nature n'a pas d'"organisateur bien identifié". 

Dans l'un des fourgons, 14 enceintes ont été saisies lors du contrôle de gendarmerie sur le site à la sortie du Teknival le 1er mai. Dans un autre, ce sont des enceintes, mais aussi des vinyles et un groupe électrogène qui a ont été saisis. "Je ne crois pas qu'on apporte un groupe électrogène quand on a va à une simple fête...", ironise la procureure de la République. Cette confiscation du matériel c'est comme un coup de massue pour deux des quatre participants originaires de Bretagne et âgés de 21 ans qui expliquent qu'ils vivent dans leurs fourgons. 

Des dommages et intérêts à la Fédération des chasseurs de la Marne

La justice a également condamné les quatre hommes à verser des dommages et intérêts -un euro chacun- à la Fédération des chasseurs de la Marne, qui s'est portée partie civile dans cette affaire en raison de "destructions" sur le site. Près de 60 tonnes de déchets avaient été ramassés sur le site à Marigny selon la préfecture de la Marne, après le départ des festivaliers. Trois associations de protection de l'environnement de la région, dont le Conservatoire des espaces naturels de  Champagne Ardenne, ont également porté plainte pour "destruction d'habitat" sur le site, classé Natura 2000.