Faits divers – Justice

Frédéric, touriste évacué d'une des télécabines du Mont-Blanc : "surtout, penser à autre chose"

Par Virginie Salanson et Richard Vivion, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu vendredi 9 septembre 2016 à 0:50 Mis à jour le vendredi 9 septembre 2016 à 7:52

 "La dernière heure a été très très longue" témoigne Frédéric, évacué dans la soirée.
"La dernière heure a été très très longue" témoigne Frédéric, évacué dans la soirée. © Maxppp -

33 personnes, dont un enfant de dix ans, sont toujours bloquées dans des télécabines, suspendues au-dessus du massif du Mont-Blanc, ce vendredi matin. Sur les 110 bloquées jeudi soir, 65 ont pu être évacuées par hélicoptère, comme Frédéric.

Lui a de la chance... si l'on peut dire. Frédéric fait partie des chanceux à avoir été évacués avant la nuit. Avec 109 autres touristes, ils se sont retrouvés bloqués, ce jeudi 8 septembre, dans les télécabines "Panoramic Mont Blanc". Cette remontée mécanique relie l'Aiguille du Midi et la pointe Helbronner, en Haute-Savoie. Le paysage y est splendide, surplombant le massif du Mont-Blanc, et l'altitude culmine à plus de 3.800 mètres.

Longues heures d'angoisse

Mais voilà, ce jeudi, vers 16 heures, les câbles de la remontée s'emmêlent, probablement à cause d'un coup de vent, et se bloquent. La compagnie du Mont-Blanc, l'exploitant, ne réussit pas à les démêler, ou alors trop lentement. Or 110 personnes dont un enfant de dix ans, sont coincés, suspendus dans le vide, groupés dans douze cabines de quatre places chacune. La décision est donc prise de les évacuer par hélicoptère. Frédéric a fait parti de ces premières personnes secourues. Ce Français raconte ces longues heures angoissantes.

"Ça a été très très dur, on a trente centimètres, on bouge pas" raconte Frédéric.

"La dernière heure a été très très longue. On n'avait pas beaucoup d'information. La compagnie nous a expliqué qu'il y avait trois câbles qui se sont emmêlés. Il en restait un à défaire, mais ils n'ont pas réussi, c'était trop long. Et comme il y avait pas mal de personne, ils ont préféré le faire par hélicoptère" détaille-t-il, à l'arrivée.

Que se passe-t-il dans la tête dans une telle situation ? "On essaie d'évacuer au maximum" témoigne-t-il, visiblement encore assez stressé, "mais c'est très très difficile, très difficile", répète-t-il après un silence. "Mais j'ai fermé les yeux pendant un bon moement pour essayer de penser à autre chose"  confesse-t-il. Ce jeudi soir,  Frédéric a donc rejoint le plancher des vaches, à son grand soulagement.

Suspendus au-dessus du vide, à 3.800 mètres d'altitude

Mais tous n'auront pas cette chance, à 20h45, la nuit tombe, arrêtant d'un coup tous les secours par hélicoptère. Soixante-cinq personnes ont été secourues, quarante-cinq autres devront passer la nuit suspendues au dessus du vide. Parmi les touristes bloqués, des Italiens, des Espagnols, des Américains, des Français, des Japonais et des Allemands.

Maigre consolation, des secouristes (cinq) ont été héliportés dans certaines cabines (trois sur les cinq encore occupées ce jeudi soir) pour tenir compagnie aux rescapés du ciel. Il devront donc dormir ensemble dans ces cabines exiguës mais relativement hermétiques. Elles sont également équipées de kit de survie contenant couvertures, barres de céréales et bouteille d'eau.

Couvertures de survie et bouteille d'eau

L'opération de secours devraient reprendre ce vendredi dès 6h30 du matin. Mais elle sera "complexe et exceptionnelle" détaille le préfet. En effet, les secours doivent évoluer en haute-montagne, entre 3.600 et 3.800 mètres d’altitude, avec des cabines pendues sur un câble long de cinq kilomètres et par des températures... glaciales.

CARTE - Les télécabines "Panoramic Mont Blanc"

  - Visactu
© Visactu -