Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Téléphones fixes dans les prisons : à Tours, le syndicat pénitencier parle de "poudre aux yeux"

-
Par , France Bleu Touraine
Indre-et-Loire, France

Le ministère de la Justice annonce ce mardi qu'il va installer 50 000 téléphones fixes dans les cellules des prisons françaises. Objectif : lutter contre les téléphones portables en prison. "Une décision qui ne changera rien", explique le Syndicat pénitentiaire des surveillants en Indre-et-Loire.

50 000 téléphones vont être installés dans les cellules des prisons françaises.
50 000 téléphones vont être installés dans les cellules des prisons françaises. © Maxppp - PQR / L'Est Républicain

Il y aura bientôt un téléphone fixe dans chaque cellule des prisons françaises. C'est une annonce du ministère de la Justice ce mardi matin : 50 000 téléphones vont être installés dans les cellules en France. 

L'objectif est tout d'abord de lutter contre le trafic des téléphones portables dans les maisons d'arrêt du pays. Il s'agit aussi de permettre aux détenus de conserver un lien avec leurs familles. Pour autant, ce téléphone fixe ne rimera pas avec une liberté totale pour les incarcérés. Seuls quelques numéros seront autorisés et les communications seront bien entendu surveillées. 

De la "poudre aux yeux", selon le Syndicat pénitentiaire des surveillants en Touraine 

Joint par France Bleu Touraine, le secrétaire départemental (qui préfère rester anonyme) du Syndicat pénitentiaire des surveillants (SPS) n'est pas satisfait par cette mesure :

Nous ne sommes pas dupes. Si les détenus veulent continuer d'utiliser des téléphones portables, ils le feront. Pour continuer à menacer les témoins et à faire leurs trafics, ils n'utiliseront bien évidemment pas le téléphone fixe installé dans leur cellule. Pour moi, c'est de la poudre aux yeux. 

Alors, permettre aux détenus de rester insérer dans la société grâce à des outils de communication, ce n'est pas une bonne chose ? Réponse : 

Il y a déjà énormément de chose pour les détenus : les parloirs, les rendez-vous avec les familles. Mais la véritable solution pour faciliter la réinsertion des détenus, ce serait déjà d'appliquer les règles. Que les détenus se lèvent le matin, qu'ils aillent prendre des cours, qu'ils aillent travailler. Là, ce serait un début de réinsertion dans la société. 

Avant de conclure par une réelle demande des syndicats pour lutter contre l'utilisation du téléphone portable en prison : 

Depuis le temps qu'on demande des brouilleurs de téléphones portables dans les prisons, installons des brouilleurs de téléphones portables dans les prisons ! Ce n'est pas en installant des téléphones fixes qu'on réglera le problème. 

Quoi qu'il en soit, les premiers téléphones fixes seront installés dans les cellules dans le courant de l'année 2018. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess