Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Gilet jaune blessé à Bordeaux : "Je ne peux toujours pas travailler, les mois sont très difficiles"

-
Par , France Bleu Gironde

Olivier Béziade, un gilet jaune originaire de Bazas, avait été grièvement blessé à la tête pendant une manifestation des gilets jaunes en janvier 2019. Aujourd'hui, après la mise en examen du policier qui l'a blessé, il confie à France Bleu Gironde avoir toujours de graves séquelles.

Olivier Beziade a été blessé pendant de violents heurs entre force de l'ordre et manifestants en marge de la manifestation des gilets jaunes à Bordeaux le 12 janvier 2019
Olivier Beziade a été blessé pendant de violents heurs entre force de l'ordre et manifestants en marge de la manifestation des gilets jaunes à Bordeaux le 12 janvier 2019 © Maxppp - Laurent Theillet

"C'est une très bonne nouvelle ! Enfin ce dossier avance ! La procédure judiciaire est extrêmement longue, cela dure depuis un an. La bonne nouvelle c'est qu'on aura enfin accès au dossier de l'IGPN, qu'on n'avait pas avant. C'est le premier engrenage !" Première réaction d'Olivier Beziade après la mise en examen du policier de la BAC qui l'a blessé en janvier 2019. 

Le fonctionnaire de police est mis en examen pour violences volontaires avec arme ayant entraîné une interruption de travail de plus de 8 jours. Ce membre de la Brigade anticriminalité est soupçonné d'avoir effectué un tir de LBD qui a atteint à la tête Olivier Béziade. Ce pompier volontaire manifestait avec les gilets jaunes dans le centre de Bordeaux.

Lourdes séquelles

Le témoignage d'Olivier Béziade sur France Bleu Gironde un an après sa blessure

Père de trois enfants, il est resté quatre jours dans le coma, victime d'une hémorragie cérébrale. Il souffre toujours aujourd'hui d'importantes séquelles. "Je ne peux plus travailler, confie-t-il à France Bleu Gironde donc les mois sont très difficiles. Maintenant je fais des crises d'épilepsie, ça dure depuis six mois. Je vais avoir surement un traitement à vie... Je suis donc suivi par une assistante sociale pour me reconnaître travailleur handicapé. J'ai quand même une maison à payer, j'ai trois enfants, j'ai une vie !"

Le contexte des manifestations était particulier selon SGP Police Gironde 

Bordeaux a été pendant plusieurs mois un important foyer de contestation pour le mouvement des gilets jaunes et des dégradations et des violences y ont eu lieu régulièrement les samedis de manifestation durant l'hiver. Le syndicat SGP Police en Gironde rappelle à France Bleu que le contexte était extrêmement tendu et que les forces de l'ordre étaient en situation de "sur emploi"

"Il ne faut pas oublier le contexte de cette malheureuse blessure" précise Philippe Rolland, le secrétaire régional UNITE SGP Police. Et d'ajouter : "Nos collègues étaient sollicités tous les samedis et les interventions étaient très compliquées à gérer avec beaucoup de violence. Je suis persuadé que notre collègue de la BAC n'avait pas l'intention de viser de blesser volontairement" 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess