Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Attentat de Nice

TÉMOIGNAGE - Attentat de Nice : il a tenté d'arrêter le camion

mercredi 20 juillet 2016 à 14:33 Par Anne Jocteur Monrozier et Lauriane Delanoë, France Bleu Azur, France Bleu Provence et France Bleu

Alors que Mohammed Lahouaiej Bouhlel semait la mort à bord d'un camion sur la promenade des Anglais le 14 juillet, plusieurs passants ont sauvé des vies en tentant de l'arrêter. Comme Alexandre, un Varois installé à Nice depuis cinq ans. Il témoigne.

Des fleurs et des bougies, en hommage aux victimes de l'attentat de Nice
Des fleurs et des bougies, en hommage aux victimes de l'attentat de Nice © Maxppp -

Nice, France

On les appelle les héros de la Prom'. Ils ont tenté d'arrêter le camion dans sa course folle à Nice jeudi dernier.

Ces héros, ce sont les policiers qui ont tiré sur Mohammed Lahouaiej Bouhlel. Ou ce motard, mort en essayant de freiner le véhicule. Ou encore cet autre homme à scooter qui s'est jeté sous les roues du poids lourd et s'en est sorti. Et puis il y a Alexandre, qui a tenté d'ouvrir la portière pour neutraliser le terroriste.

Le témoignage intégral d'Alexandre, héros de la Prom'

Le 14 juillet, ce Varois de 31 ans, grutier de profession et installé à Nice depuis cinq ans, est venu seul à vélo sur la promenade des Anglais pour regarder le feu d'artifice. Après le spectacle pyrotechnique, Alexandre va récupérer son vélo quand soudain, le camion blanc surgit en zigzaguant et commence à faucher des spectateurs.

Sans réfléchir, Alexandre se met à courir après le poids lourd et tente d'ouvrir la portière de la cabine. Mohammed Lahouaiej Bouhlel le met alors en joue avec son arme. Alexandre n'oubliera jamais le regard du tueur.

"J'ai essayé d'ouvrir deux-trois fois la cabine. C'est à ce moment là qu'il m'a braqué, tout en me regardant. (...) On aurait dit qu'il était concentré, comme dans un jeu vidéo."

Ensuite, le Varois abandonne, pour sa propre survie. Son unique obsession : fuir, rentrer chez lui à l'ouest de Nice. Pour ce faire, ce blond solide, comme il se décrit, doit remonter à pieds le cimetière tracé par le camion.

Alexandre tente aujourd'hui de "commencer son deuil" même si les images continuent de défiler dans sa mémoire. Les hurlements résonnent encore dans son sommeil fragile. Le jour, en haut de sa grue, il avoue parvenir à "couper un peu".

"C'est pas facile, mais il va bien falloir vivre. (...) J'ai de la chance d'être là. À 30 secondes près, je me faisais écraser."

Alexandre se raccroche à une certitude, celle d'avoir sauvé des vies. Et ce qui le réconforte, c'est de savoir que l'homme à scooter qui a lui aussi tenté d'arrêter le camion s'en est sorti.

Pour les autres, pour les 84 victimes, Alexandre s'est déjà recueilli plusieurs fois sur la Prom'. Mais il lui faudra du temps avant d'y rouler en voiture.