Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un saisonnier en Savoie, tétraplégique après un accident : "Je me souviens de partir dans le décor"

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

TEMOIGNAGE - La vie de Vincent a basculé un soir d'hiver, le 8 janvier 2019, en montagne, en Savoie, à Valmorel. Un virage raté, sa voiture dans le ravin et depuis sa vie en fauteuil. L'histoire d'un de ces milliers de saisonniers des stations de ski. Un coup de cœur qui finit en drame.

La voiture accidentée de Vincent Vendeville
La voiture accidentée de Vincent Vendeville - @VincentVendeville

Vincent, 29 ans, un ch'ti, un homme originaire de Lens, un habitué de la station de Valmorel, un des milliers de saisonniers d'hiver qui font tourner les stations de ski des pays de Savoie. En juin dernier, Vincent a été poursuivi devant le tribunal correctionnel d'Albertville. Son permis de conduire a été annulé. Il avait bu, un peu, la nuit où il a pris le volant et fini dans un ravin. Des amendes lourdes ont été réclamées par l'accusation. Son avocate a fait remarquer aux juges que son client avait déjà payé son écart dans sa chair. Vincent est tétraplégique. Il a bien voulu témoigner au micro de France Bleu Pays de Savoie. Une alerte sur les dangers de la route en montagne.

Le coup de cœur pour la Savoie, le snowboard et la famille des saisonniers

"J'ai suivi ma copine à Valmorel. Cela a commencé par un coup de cœur. J'ai découvert le snowboard. J'ai adoré. Au point de devenir shaper, celui qui prépare les planches. C'est devenu une passion. Cela faisait quatre ans que je venais faire la saison d'hiver. Mon avenir, je le voyais en Savoie, en montagne." Avec les saisonniers et les Savoyards, il finit par se trouver une famille. "On vit sans compter ses heures, à fond. Avec des belles personnes. Parfois on se sent, les saisonniers, seuls face au reste du monde, face aux touristes. C'est festif et familial."

"Je me sentais apte à conduire. (...) Je me souviens seulement de partir dans le décor." - Vincent 

La vie bascule dans un ravin de montagne

Le 8 janvier 2019, journée de repos, 1 h 30 du matin, il a bu trois bières, se sent capable de raccompagner un copain qui lui est totalement ivre. "Je n'étais pas en état d'ébriété. Je me sentais apte à prendre le volant. Je connais suffisamment les risques de la conduite en montagne. Enfin... visiblement, pas suffisamment." Vincent rate un virage en descendant de Valmorel. "Il n'avait pas neigé. Mais il faisait très froid. Peut-être un plaque de verglas qui m'a eu. Je n'avais que deux pneus neige à l'avant. C'est peut-être à cause de ça. L'arrière a chassé.  Je me souviens seulement de partir dans le décor. " Sa vie bascule. Le passager et son chien sont indemnes. Son chien "Cyclone", berger malinois est aujourd'hui gardé par sa sœur. Pour Vincent, lésions de deux vertèbres. "Je ne sens plus mes mains. Plus d'abdominaux. Plus de jambes."

Le centre de rééducation dans les Hauts de France
Le centre de rééducation dans les Hauts de France - Capture Google street view

L'accident est une souffrance pour sa famille

Vincent raconte sobrement son parcours, sans complaisance, sans complainte, depuis son centre de rééducation Jacques Calvé de Berck-sur-Mer. "Ce genre d'accident est aussi une souffrance pour la famille. Les projets sont abandonnés. Je devais entretenir un bois pour ma famille, ce n'est plus possible. Garder les enfants de la famille ? Aujourd'hui, c'est eux qui me gardent." Les copains de saison d'hiver sont venus le voir au centre de rééducation. Le contact n'est pas rompu. 

Son retour à lui, en montagne, en Savoie, il n'en veut pas pour l'instant. Il ne veut pas y retourner, diminué, dépendant, là où il a vécu comme il dit , les heures les plus intenses de sa vie. "La montagne, c'est pas très compatible avec un fauteuil. Je ne retrouverais pas la simplicité d'avant. Peut-être que j'aurais le déclic plus tard. Pour l'instant, je n'ai pas envie d'un plaisir dénaturé." 

Vincent Vendeville devant le centre de rééducation
Vincent Vendeville devant le centre de rééducation - @VincentVendeville

Une cagnotte en ligne pour aider son retour à la maison

Vincent a bientôt terminé sa rééducation. Le retour dans son ancien logement va nécessiter de lourds aménagements et l'achat de matériel (fauteuil électrique, fauteuil de douche etc), il lance donc une cagnotte solidaire sur internet pour récolter des dons et l'aider ainsi à financer ces lourdes dépenses qui s'annoncent.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess