Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

TÉMOIGNAGE - Meurtre de Laura à Alençon : "Dans deux ans, au procès, il ne faut pas que les gens aient oublié"

La belle-mère de Laura, la jeune femme de 21 ans tuée par son ex-compagnon début janvier à Alençon, demande une "justice exemplaire". Et que le meurtre de sa belle-fille ne soit pas "un féminicide de plus".

Des bouquets de roses mercredi soir, devant l'appartement où le corps de la jeune fille a été retrouvé.
Des bouquets de roses mercredi soir, devant l'appartement où le corps de la jeune fille a été retrouvé. © Radio France - Marc Bertrand

"Si on prend la parole, ce n’est pas pour qu’on nous plaigne, parce que notre douleur est de toutes façons indicible. C’est pour que ce qui est arrivé à Laura n’arrive plus jamais à aucune femme, même si je sais que c’est un voeu pieux", dit simplement Aurélie Denis-Tavares. Elle est la belle-mère de Laura, cette jeune femme de 21 ans tuée par son ex-compagnon la semaine dernière dans son appartement à Alençon : "On est une seule et même famille, et c’est trop difficile pour ses parents de parler aujourd’hui, je le fais en leur nom".

"Qu'on ne nous parle pas de crime passionnel"

Elle a donné rendez-vous près de la maison où a été élevée Laura : "Elle a couru partout ici", dit-elle en regardant les chemins autour de la route. Les parents sont restés veiller le corps de leur fille, avant les obsèques, organisées samedi 23 janvier. Le meurtrier, lui, s'est rendu à la police accompagné par sa mère. Le jeune homme de 22 ans a été mis en examen pour assassinat, et écroué. 

il a osé se présenter aux policiers en disant qu’il avait fait une bêtise, et qu’elle n’avait pas souffert. On sait, aujourd’hui, qu’elle a souffert

"Nous ce qui nous importe aujourd'hui, c’est que la peine de son assassin, parce que c’est un assassinat, soit exemplaire", dit Aurélie Denis-Tavares. "Qu’on ne nous parle pas de crime passionnel, qu’on ne nous dise pas qu’il a eu une enfance difficile, tout ça c’est inaudible aujourd’hui. Cela faisait plus d’un an que Laura était séparée de ce garçon. C’était un crime intentionnel, prémédité, il lui a fracassé le crâne à coups de marteau. C’est un déchaînement de violence. Et il a osé se présenter aux policiers en disant qu’il avait fait une bêtise, et qu’elle n’avait pas souffert. On sait aujourd’hui qu’elle a souffert". 

"Dans deux ans au procès, il ne faut pas qu'on ait oublié Laura"

"Il est arrivé chez elle avec un marteau et un couteau. Le jeudi, alors que le corps de Laura était encore dans son appartement sans que personne ne sache qu’elle était là, il a publié sur Facebook, à 23h25 le jeudi soir, une image d’un personnage de Marvel avec une femme translucide à ses pied, l’image de la faucheuse derrière. Ca paraît démentiel."

Il risque la perpétuité, mais on sait ce que ça veut dire : dans 20 ans, probablement, il est dehors, il aura mon âge, donc il aura encore toute sa vie devant lui et pour nous, ça, c’est insupportable

"Il risque la perpétuité, mais on sait ce que ça veut dire : dans 20 ans, probablement, il est dehors, il aura mon âge, donc il aura encore toute sa vie devant lui et pour nous, ça, c’est insupportable. Il faut que la justice soit exemplaire. On n’en doute pas. Le problème c’est que le procès aura lieu dans deux ans. Le grand public aura oublié Laura, ce sera un féminicide parmi d’autres. Et on dira que oui, peut-être qu’il n’a pas eu de chance étant petit, peut-être qu’il était malheureux, peut-être qu’il avait bu. Pour nous, ce n’est pas entendable."

Une marche blanche est organisée dimanche au parc des promenades à Alençon, par deux amies proches de la victime : "Nous on y sera", dit Aurélie Denis-Tavares. "Les amies de Laura ont demandé à sa mère l’autorisation, elle leur a donné. Tout ce qui pourra faire parler de Laura, dire à quel point on l’aimait, pour nous c’est essentiel." Les deux amies ont demandé aux participants d'amener des ballons blanc, pour les avoir à la main pendant la marche.

Violences conjugales - 3919 numéro d'urgence
Violences conjugales - 3919 numéro d'urgence © Radio France - radio france
Choix de la station

À venir dansDanssecondess