Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

TÉMOIGNAGE | Grippe aviaire en Dordogne : le propriétaire d'un des élevages touchés s'exprime

mardi 1 décembre 2015 à 19:50 Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord et France Bleu

Deux nouveaux cas de grippe aviaire ont été décelés en Dordogne. L'un à Domme et l'autre à Saint-Paul-la-Roche dans un élevage de canards. 14.000 palmipèdes ont été abattus. Le propriétaire de cette exploitation, Jean-Paul Manisier parle de plusieurs milliers d'euros de pertes.

14.000 volailles ont été abattues dans cet élevage de Saint-Paul-la-Roche.
14.000 volailles ont été abattues dans cet élevage de Saint-Paul-la-Roche. © Maxppp - PQR/SUDOUEST

Deux nouveaux foyers de grippe aviaire ont été détectés en Dordogne. L'un à Saint-Paul-la-Roche dans un élevage de canards et le second à Domme. Là-bas, 1.000 oies ont dû être abattues. France Bleu Périgord a pu joindre le propriétaire de l'exploitation de Saint-Paul-la-Roche, il se confie sur cette catastrophe. 

Jean-Paul Manisier ne s'est pas encore rendu sur place. Il a appris la nouvelle par téléphone de la part des exploitants qui travaillent sur le site. D'un côté, un jeune couple en charge de l'élevage des canards et de l'autre un autre occupé au gavage. "J'ai très mal accueilli la nouvelle évidemment. Il a fallut abattre 14.000 canards dont 8.000 qui étaient engraissés et devaient partir lundi pour être livrés à nos clients", explique le Tawaïnais.

"C'est une perte de plusieurs milliers d'euros".

— Jean-Paul Manisier

La mort de ces animaux à cause du virus est un vrai désastre économique pour le propriétaire de l'exploitation. "Il faut compter six mois pour élever les canetons, les engraisser et les gaver. Ça veut dire que jusqu'au mois de juin nous ne pourrons rien vendre, c'est une perte de plusieurs milliers d'euros," poursuit Jean-Paul Manisier. Pour couronner le tout, son assurance ne peut pas l'indemniser. "Nous ne sommes pas couverts pour ce risque sanitaire."

D'après Jean-Paul Manisier, Palmigord, principal fournisseur et client de Sarlat 1968, l'entreprise de Saint-Paul-la-Roche, a organisé une réunion de crise ce mardi après-midi pour trouver un moyen de soutenir financièrement les exploitants. "Il faudrait au moins que l'on puisse nous fournir des canards pour le gavage. C'est la moitié de notre chiffre d'affaires." 

Jean-Paul Manisier témoigne au micro de Benjamin Fontaine.