Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

TEMOIGNAGE - Jean-Léonard, brûlé par de la soude dans un laboratoire d'analyses à Strasbourg

mardi 9 octobre 2018 à 17:58 Par Céline Rousseau et Olivier Vogel, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

Trois jours après avoir été brûlé par de la soude dans un laboratoire d'analyse de Strasbourg, un patient raconte son calvaire. Une "douleur vive de brûlure" qui l'empêche de dormir. Jean-Léonard a porté plainte contre l'établissement.

Le laboratoire d'analyse de la Gravière à Strasbourg.
Le laboratoire d'analyse de la Gravière à Strasbourg. © Radio France - Wyloën Munhoz-Boillot

Strasbourg, France

Jean-Léonard a déposé plainte lundi matin à Strasbourg contre le laboratoire de biologie médicale de la Gravière, dans le quartier de Neudorf à Strasbourg. Il fait partie de la dizaine de personnes de blessées samedi 6 octobre suite à une prise de sang dans cet établissement. De la soude a été utilisée à la place de l'antiseptique habituel. Il s'agirait d'une erreur de manipulation. 

La douleur de brûlure est vive, c'est atroce et inadmissible" - un patient brûlé 

Diabétique, Jean-Léonard, 60 ans, se rend régulièrement dans ce laboratoire. Samedi matin, il y était dès 7h30. La prise de sang s'est déroulée comme d'habitude. On lui met un coton sur la plaie et Jean-Léonard repart chez lui. Il a "la tête qui tourne" mais comme il fait la prise de sang à jeun, le patient ne s'en étonne pas. Mais rapidement, la plaie le brûle, il enlève le coton et en rentrant chez lui s'aperçoit qu'il a un hématome noir sur le bras. Jean-Léonard retourne alors au laboratoire.

La plaie du patient après avoir été "désinfectée" à la soude. - Aucun(e)
La plaie du patient après avoir été "désinfectée" à la soude. - Jean-Léonard

A l'accueil, la secrétaire à qui il montre son bras lui répond : "ah, vous aussi !". On lui nettoie le bras avec de l'eau tiède, le SAMU arrive et l'emmène aux urgences de l'hôpital civil à Strasbourg. "Quand on est arrivé, on nous a tout de suite dit que cela était dû à de la soude". Depuis trois jours Jean-Léonard ne dort plus tant "la douleur de brûlure est vive, c'est atroce et inadmissible". Brûlé au 3e degré, Jean-Léonard ne sait pas comment sa plaie va guérir ni s'il devra subir une greffe de peau.

Le témoignage de Jean-Léonard, partient de 60 ans dont le bras a été "désinfecté" à la soude, au micro d'Olivier Vogel