Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Témoignage : la fille d'une Manchoise décédée en 2015 veut savoir où est passé le corps de sa mère

-
Par , France Bleu Cotentin

Trois mois après le scandale "des corps de Paris-Descartes", une manifestation aura lieu ce jeudi matin à 11H30 à Paris devant l'université. Plusieurs familles réclament justice après la découverte de cette sordide affaire révélée par une journaliste de "l'Express".

Université Paris-Descartes au coeur d'un scandale
Université Paris-Descartes au coeur d'un scandale

Pendant plus de 30 ans, des dizaines de cadavres auraient pourri, entassé, laissé à l'abandon sans aucune conservation au centre du don des corps de l'université Paris-Descartes. Un véritable charnier découvert au cinquième étage de la faculté et révélé par l'Express. Une université réputée pour être l'un des meilleurs établissements de médecine en France. Ces dépouilles étaient celles de personnes qui avaient souhaité donner leur corps à la science à leur décès pour faire avancer la recherche. Et parmi elles : Marie-France, originaire de Gouville-sur-Mer.

Cette Manchoise est décédée le 23 août 2015 à 69 ans d'un cancer incurable. Peu avant sa mort, elle avait fait part à sa fille de son souhait de donner son corps à la science. Laurence Dezélée a suivi ses dernières volontés, mais le 27 novembre dernier, elle a découvert le scandale : "Ça a été un choc quand j'ai lu l'article d'Anne Jouan dans l'Express, je me suis sentie mal, trahie. Ma mère a donné son corps pour servir à quelque chose et non pas pour finir entassée sur un chariot avec d'autres corps et rongée par les rats".

"Je ne sais pas où est aujourd'hui le corps de ma mère"

Selon l'hebdomadaire, la faculté René-Descartes doit également faire face à un autre scandale : les membres et les organes des corps entreposés auraient été monnayés dans le dos des familles qui pensaient que le corps de leur défunt servait à titre gracieux la médecine. "Je ne sais pas où est aujourd'hui le corps de ma mère", se désespère Laurence.

Comme Laurence, les familles attendent maintenant la nomination d'un juge d'instruction pour faire avancer l'enquête.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu