Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La mamie agressée à Montpellier raconte : "La nuit, je les vois me traîner avec leur voiture"

mardi 10 avril 2018 à 4:22 Par Thomas Biet, France Bleu Hérault et France Bleu

Geneviève a été agressée jeudi 5 avril dans l'après-midi quartier Ovalie à Montpellier par deux femmes qui ont crevé son pneu et volé son sac-à-main. Elle s'est accrochée à leur voiture, a été frappée, mordue et traînée sur plusieurs dizaines de mètres. Nous l'avons rencontrée.

Geneviève a eu 3 jours d'ITT après son agression et de multiples blessures à la tête, aux jambes et aux bras
Geneviève a eu 3 jours d'ITT après son agression et de multiples blessures à la tête, aux jambes et aux bras © Radio France - Thomas Biet

Montpellier, France

Geneviève a 75 ans. Elle ouvre la porte de sa maison avec chaleur mais elle reste traumatisée par ce qui lui est arrivée. Pansements sur les bras, visage tuméfié, elle nous raconte : "Je me suis garée sur le parking d’Estanove pour aller chez mon employeur, puis chez le médecin et au laboratoire.  Quand j’ai repris ma voiture, j’ai senti un drôle de bruit. J’ai compris que j’avais une roue de crevée. Je ne me suis pas rendue compte qu’une voiture me suivait".

Madame, vous avez un pneu crevé"

A ce moment là, deux femmes l'abordent : "Madame madame, vous avez un pneu crevé, on va vous aide". La vieille dame sent le traquenard : "Non non je n’ai pas besoin de vous, laissez-moi faire !"

Elle agrippe le volant, la conductrice accélère 

Elle se rend compte alors du stratagème : "Sur les caméras de quartier, on a pu voir qu’elle était garée à côté de ma voiture et qu’elle attendait que je sorte. Une seconde d’absence, elle m’avait piqué mon sac. Alors j’ai couru après, comme elle n’avait pas encore fermé sa portière, j’ai agrippé le volant et je lui ai dit « tant que tu ne m’auras pas rendu mon sac, je ne lâcherai pas le volant »".

Frappée, mordue, poussée hors de la voiture

Face à la volonté de Geneviève, la conductrice est prise d'un coup de folie : "Elle a accéléré, on allait à droite, on allait à gauche. Là ma jambe a vraiment traîné, mes chaussures en cuir sont bouffées, y a un trou énorme dans mon pantalon. Elle ne pouvait pas trop maîtriser la voiture car je tenais le volant, alors elle accélérait pour me faire tomber, si bien qu’à la fin je n’avais plus que la main droite qui tenait le volant tellement elle me bousculait, et me frappait à l’intérieur. Sur le moment je ne sentais pas la douleur, mais les graviers sont rentrés dans ma peau, et puis elle m’a mordue, elle m’a frappée, elle a tout fait pour que je sorte de la voiture. Je suis tombée sur la route et elles ont pris la fuite". 

"C'était instinctif, je ne supporte pas qu'on puisse m'agresser à mon âge !"

Courageuse, inconsciente ? La vieille dame ne sait pas : "Pourquoi je me suis accrochée ? Vous savez dans ces cas là, quand on voit qu’on est agressée comme ça de manière gratuite. C’était instinctif, je ne supporte pas qu’à mon âge on puisse m’agresser. Je travaille encore parce que j’ai une petite retraite ! En plus avec l’argent, elle a acheté de la drogue".

La conductrice condamnée à trois ans de prison

Des témoins viennent à son secours : "Une dame qui a tout vu a témoigné à la police, et il y a une infirmière libérale qui passait qui m’a fait les premiers soins, avec quelques petits points de suture, et les pompiers m’ont emmené à Saint Roch". 

La police retrouvera la conductrice le lendemain grâce au signalement du véhicule. Elle a été condamnée ce lundi en comparution immédiate à trois ans de prison ferme lors d'une audience rocambolesque.

La nuit, je me réveille, je les vois"

Geneviève vit très mal la situation : "Jamais je n’ai imaginé qu’il pouvait m’arriver cela, j'ai vu un médecin légiste, qui m’a conseillé d’aller voir un psychologue, il faut aussi que je passe un scanner pour la tête car j’ai des maux de tête. J’ai du mal à refaire surface. La nuit je me réveille et je les vois, je les vois me traîner avec leur voiture. Je suis vraiment choquée, je pleure, je ne dors pas, j’ai peur, peur de tout".