Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

TÉMOIGNAGE - Mohammad fuit la Syrie et perd un œil pendant une manifestation de "gilets jaunes" à Saint-Étienne

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu

Avec son œil droit Mohammad a vu des djihadistes commettre des décapitations en Syrie. Grâce à son œil droit il a survécu aux camps de réfugiés au Liban. Il l'a perdu à cause d'un tir de lanceur de balle de défense le 12 janvier dernier pendant une manifestation des "gilets jaunes" à Saint-Etienne.

Mohammad, 16 ans, réfugié syrien, vie depuis un an à Saint-Etienne.
Mohammad, 16 ans, réfugié syrien, vie depuis un an à Saint-Etienne. © Radio France - Lila Lefebvre

Saint-Étienne, France

Mohammad a 16 ans, il est arrivé il y a tout juste un an à Saint-Etienne après avoir fui la Syrie et passé plusieurs années dans des camps de réfugiés au Liban. Le 12 janvier dernier, il est blessé par un tir de lanceur de balle de défense alors qu'il tente d'échapper à une manifestation de "gilets jaunes" à Saint-Etienne. Il ne retrouvera pas son œil, il a accepté de témoigner pour France Bleu Saint-Etienne Loire.

De son œil gauche Mohammad soutient timidement le regard, à la place de son œil droit, une large cicatrice, un orbite vide. "Je n'ai pas vu le policier, j'ai juste senti la balle du flashball dans mon œil et je suis tombé par terre, se souvient-il, ensuite des policiers sont venus auprès de moi, ils me parlaient pour ne pas que je m'évanouisse". Rapidement les secours arrivent et transportent Mohammad à l'hôpital où il sera amputé d'un oeil.

Je ne pensais pas que je souffrirai en France, je croyais que c'était un pays en paix", Mohammad, 16 ans.

C'était le 12 janvier dernier, Mohammad accompagne alors son père faire des courses dans le centre de Saint-Etienne quand il se retrouve au milieu de gaz lacrymogènes, les forces de l'ordre sont en train de disperser des centaines de gilets jaunes : "Avec mon père nous nous sommes trouvés au milieu de la manifestation, je l'ai perdu de vue, j'ai donc suivi le cortège pour le retrouver, finalement je me suis caché derrière un arrêt de bus".  

Là, il se croit en sécurité, bien plus qu'en Syrie où en 2012 il assiste à des décapitations, plus que dans le camps de réfugié au Liban où il a vécu six ans avec son petit frère et sa petite sœur :  "J'ai quitté la Syrie puis suis passé par le Liban, grâce aux Nations unies je suis arrivé en France. Je ne pensais pas que je souffrirai en France, je croyais que c'était un pays en paix. Je ne sais pas ce qu'il va m'arriver maintenant, Dieu seul le sait".

La famille de Mohammad a déposé plainte, une enquête a été ouverte à la demande du procureur de la République de Saint-Etienne par l'IGPN pour violence commise par une personne dépositaire de l'ordre public.

Mohammad, réfugié Syrien a eu l'oeil crevé par une balle de LBD pendant la manifestation des "gilets jaunes" à Saint-Etienne le 12 janvier 2019.  - Maxppp
Mohammad, réfugié Syrien a eu l'oeil crevé par une balle de LBD pendant la manifestation des "gilets jaunes" à Saint-Etienne le 12 janvier 2019. © Maxppp - Lila Lefebvre