Faits divers – Justice

TEMOIGNAGE | Persuadée que le pistolet est un faux, une commerçante de Cran-Gevrier dit non à deux braqueurs

Par Richard Vivion, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu jeudi 7 janvier 2016 à 14:19

(photo d'illustration)
(photo d'illustration) © Maxppp

Mercredi soir, deux hommes cagoulés et armés ont tenté de braquer un magasin de chaussures à Cran-Gevrier. La commerçante ne s’est pas laissée faire. Certaine d’être face à un pistolet factice, elle a refusé de donner la caisse. "Une réaction irréfléchie, mais je suis comme ça" explique-t-elle.

18h45 mercredi soir avenue de la libération à Cran-Gevrier. Sophie (prénom modifié à la demande de la personne) est toute seule dans son magasin de chaussures. C’est presque l’heure de la fermeture quand soudain deux hommes encagoulés font irruption dans la boutique. "Ils étaient jeunes, assez grands avec des gants noirs" raconte la quadragénaire. L’un des deux malfrats est armé. Il pointe un pistolet en direction de la commerçante et lui demande la caisse.

"J’ai dit non": la commerçante raconte comment elle a tenu tête aux braqueurs.

Interview de Richard Vivion

La vendeuse ne se laisse pas démonter. Pour elle le pistolet est un faux. "Une imitation, une arme en plastique"affirme-t-elle. "Je leur ai dit : non ! Je l’ai dit très fort." Ce refus va déstabiliser les deux braqueurs qui après quelques secondes s’enfuient à pied.

Série de braquages

Cette réaction est courageuse a reconnu un policer annécien."Cela a marché, mais c’est aussi risqué", poursuit-il d'autant que les enquêteurs n'ont aucune certitude sur le caractère factice de l'arme ou sur la réaction que les deux hommes auraient pu avoir. Sophie explique qu'elle a agi comme cela car il n’y avait pas de client dans le magasin. "Mes collègues m’ont dit que j’avais eu une réaction irréfléchie. Mais je suis comme ça, je ne me laisse pas faire."

La police a ouvert une enquête et a lancé un appel à témoin (si vous disposez d’informations vous pouvez contacter le commissariat au 04 50 52 32 00). Depuis le début de la semaine, il s’agit du 3ème braquage ou tentative de vol dans un commerce de l’agglomération annécienne. Lundi soir, la gérante d’un magasin des Teppes à Annecy avait réussi à asséner un coup à la tête de son voleur avant qu’il ne parte avec la caisse.

Partager sur :