Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

TÉMOIGNAGE - Son fils trisomique a été oublié toute la journée dans un bus : "C'est un réel traumatisme"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Nord, France Bleu

La famille du petit Younès, à Liévin, porte plainte pour mise en danger d'autrui. L'enfant de 10 ans, atteint de trisomie 21, lourdement handicapé, a passé toute la journée dans un bus, oublié par l'accompagnateur de son IME et la conductrice, le 3 octobre dernier.

Younès, 10 ans, prenait le bus tous les jours à Liévin, à cet arrêt, pour se rendre à l'IME de Lens.
Younès, 10 ans, prenait le bus tous les jours à Liévin, à cet arrêt, pour se rendre à l'IME de Lens. © Radio France - Cécile Bidault

Liévin, France

C'est une histoire à peine croyable qui est arrivée à un enfant handicapé de Liévin, dans le bassin minier. Younès a 10 ans, il est atteint de trisomie 21, il a le corps d'un enfant de cinq ans et souffre d'un lourd handicap mental. Il est scolarisé à l'Institut médico-éducatif (IME) Léonce Malecot de Lens, et tous les jours un bus privé, affrété par l'IME, l'emmène, ainsi que d'autres enfants.

Jeudi 3 octobre 2019, alors qu'il est monté à bord à 8 heures, comme d'habitude, à l'arrivée à Lens, il a été oublié. Le bus est alors reparti, jusqu'au dépôt. Ni la conductrice, ni l'accompagnateur de l'IME ne l'ont remarqué. Personne à l'institut n'a non plus réagi à son absence. Et l'enfant a passé la journée dans ce bus à l'arrêt au dépôt, jusqu'à ce qu'un mécanicien le découvre par hasard, la ceinture toujours attachée, à sa place. Il y avait passé plus de sept heures. C'est la Voix du Nord qui a révélé l'affaire quelques jours plus tard.

Plainte pour mise en danger d'autrui

La famille de Younès a porté plainte pour mise en danger d'autrui, et nous avons pu recueillir le témoignage de la maman. Elle raconte que depuis dix jours, depuis que c'est arrivé, l'enfant a peur d'être seul la nuit : "Je dors avec lui, je dois lui tenir la main", raconte Khalifa, "et je dois lui mettre des couches, alors que ce n'était plus le cas depuis un an". Lorsqu'il a été retrouvé, Younès avait mouillé ses vêtements, ce qui expliquerait, selon sa mère, ce problème d'incontinence. Une régression difficile à vivre pour la famille : "C'est un réel traumatisme de voir tout ce qu'on a fait pendant toutes ces années anéanti en une journée".

"L'accompagnateur a attaché sa ceinture, donc il l'a vu !"

Younès ne s'exprime pas, il ne sait dire que quelques mots. C'est d'autant plus dur pour sa mère de comprendre ce qu'il s'est passé durant toute cette journée : "Il a pleuré, on a vu qu'il avait les yeux rouges. Je suis dans l'incompréhension. Comment a-t-on pu oublier mon fils ? Sachant que c'est l'accompagnateur qui a attaché sa ceinture, donc il l'a vu ! Il s'est senti seul, abandonné".

L'enfant a également besoin d'aide pour détacher sa ceinture. Comment, dans ce cas, l'accompagnateur a-t-il pu l'oublier alors que tous les enfants sont descendus ? Pourquoi la conductrice, une fois revenue au dépôt, n'a pas non plus inspecté son bus avant de descendre ? Comment se fait-il que l'IME n'ait pas remarqué son absence ? A toutes ces questions, les parents exigent des réponses, c'est pour ça qu'ils ont porté plainte. "Je ne porte pas plainte contre l'équipe éducative, mais pour comprendre. L'accompagnateur et la conductrice du bus sont, pour moi, responsables. L'institut a commis une faute grave".

Dans un communiqué, l'IME Léonce Malécot reconnait sa responsabilité et affirme que le contrôle du bus n'a pas été correctement fait. L'institut annonce que des mesures ont été prises pour améliorer les procédures de contrôle.

"Ce n'est pas de la colère, c'est de la douleur"

Younès est toujours scolarisé à l'IME, mais ses parents s'organisent désormais pour l'emmener et le ramener eux-mêmes. Khalifa se dit "déçue, énormément. Vous pouvez oublier un sac, un vêtement, mais pas mon fils ! Ce n'est même pas de la colère, c'est de la douleur".

ECOUTEZ : Khalifa, la mère de Younès, oublié dans un bus pendant sept heures

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu