Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

TÉMOIGNAGE - Un jeune Mayennais a échappé de peu à l'incendie mortel à Courchevel : "c'était le carnage"

-
Par , France Bleu Mayenne

Adrien, originaire de Craon, travaille dans une boite de nuit de la station savoyarde. Il résidait dans le bâtiment qui a pris feu dimanche dernier. Le jeune Mayennais raconte qu'il a eu beaucoup de chance cette nuit-là.

L'incendie du bâtiment d'hébergement des saisonniers à Courchevel 1850, Savoie -
L'incendie du bâtiment d'hébergement des saisonniers à Courchevel 1850, Savoie - - José Antonio Reguero

Craon, France

Dimanche dernier, le feu a surpris des saisonniers en plein sommeil dans une résidence hôtelière à Courchevel. Une catastrophe, sans doute d'origine criminelle selon le Parquet, qui a fait 2 morts et 25 blessés dont 4 dans un état grave.

Adrien, lui, a eu beaucoup de chance. Il résidait en effet dans ce bâtiment, dans une chambre au deuxième étage. Le jeune Mayennais est DJ et animateur dans une discothèque de la station, à proximité des lieux du drame. 

C'était le carnage, il y avait des gens qui sautaient par les fenêtres - Adrien, rescapé du drame

Cette nuit-là, vers 4 heures du matin, il se trouvait encore dans la boite de nuit au moment où l'incendie a éclaté. Quelques minutes plus tard, il est arrivé devant la résidence en proie aux flammes : "Je suis allé directement là-bas parce que j'avais des amis au 3ème étage pour être sûr qu'ils aillent bien. Quand on est arrivé, il y avait déjà beaucoup de flammes. C'était le carnage, il y avait des gens qui sautaient par les fenêtres. C'est dur psychologiquement, c'est une catastrophe mais au-delà des biens matériels, des vêtements, des papiers que j'ai perdus, vraiment je ne me plains pas car j'ai encore ma tête et mes jambes. Je ne vous cache pas que c'est dur d'aller bosser le soir mais je vais continuer et c'est finalement comme ça qu'on va pouvoir faire le deuil". 

Adrien tient à rassurer sa famille et ses amis en Mayenne. Il va bien. Les enquêteurs auront sans doute encore besoin de lui dans les jours et semaines à venir. Le jeune DJ promet de revenir dans le département pour se ressourcer et pour participer à des rendez-vous musicaux.