Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

TEMOIGNAGES - Le retour des enfants à l'école après l'effondrement d'un faux plafond à Béziers

lundi 4 juin 2018 à 5:47 Par Elisabeth Badinier et Stefane Pocher, France Bleu Hérault

Les élèves de CM2 de l'école Pélisson de Béziers (Hérault) retournent en classe ce lundi matin, une petite semaine après l'effondrement d'un faux plafond dans leur classe. Ils racontent comment ils ont échappé au pire et leur angoisse de retourner à l'école

Le faux plafond s'est effondré sur les enfants
Le faux plafond s'est effondré sur les enfants

Béziers, France

C'est le grand retour en classe ce lundi pour les 20 enfants de CM2  de l'école Pellisson  à Béziers. Mardi dernier un faux plafond s'est décroché et s'est effondré sur eux  alors qu'ils étaient en cours avec leur enseignante en train de finir une évaluation. 16 élèves ont été légèrement blessés, dont 13 hospitalisés. Le pire a été évité.

Mila, Kamil et Osacak ont 11 ans. Ils font partie des enfants hospitalisés. Kamil a le bras encore  immobilisé, Mila marche toujours avec ses béquilles, Oscar a encore une grosse bosse sur la tête. 

"On a entendu Boum, et le plafond s'est effondré d'un coup."

"On était dans la classe en train de finir notre évaluation, d'un coup on a entendu du bruit, ça nous a déconcentré et quand on voit le plafond tomber, c'est choquant. C'est arrivé d'un seul coup. On a entendu "Boum", on s'est dit, il doit pleuvoir dehors. Certains ont cru que c'était un pigeon, d'autres des travaux. On est parti dans la direction opposée des autres, sauf que la porte était fermée et ça tombait encore. On a eu trop peur. Donc a du repasser là où c'était effondré, et c'est là où je me suis fait mal à la jambe. Notre copain Yassin il avait du sang sur la tête"

Mila, Kamil et Osacak ont été choqués

Ça va être difficile d'y retourner, on aurait pu mourir"

Ce lundi matin, les enfants retournent donc en classe.  Pour certains la boule au ventre.  La crainte que ça recommence. "Ça va être très compliqué d'y retourner, j'ai peur que le plafond retombe sur nous. A la maison j'en parle tout le temps à ma maman. C'est grave quand même un plafond qui nous tombe dessus ! Moi je ne me sens pas d'aller dans une nouvelle classe parce qu'est le même plafond que dans la classe où on était. On aurait pu mourir parce que y a des barres de fer qui sont tombées. J'ai trop peur maintenant"

Mila, Kamil et Osacak ont peur de retourner à l'école

Leur école a été fermée toute la semaine dernière. La mairie a contrôlé l'ensemble des plafonds de toutes les écoles pour assurer la sécurité des enfants.

La semaine dernière les élèves les plus proches se sont vus à plusieurs reprises pour parler, dédramatiser, évacuer leur stress.  Un goûter a même été organisé avec une grande partie de la classe vendredi dernier.  

Malgré l'angoisse de retourner en classe, Mila, kamil et Oscar ne peuvent s’empêcher de dire un grand merci à leur maîtresse, Marjorie Gomez, 29 ans. 

"Elle a eu un bon réflexe, elle nous a fait des câlins pour nous consoler, elle doit recevoir la médaille d'or"

"Elle a aidé Yassin qui était en sang, elle m'a aidée quand ils m'ont mis sur le chariot, elle a aidé Oscar, Camille, tout le monde, même ceux qui n'étaient pas blessés, elle leur a fait des câlins pour les consoler. Elle était en pleur, elle a dit qu'elle aurait préféré que ce soit elle qui prenne tout plutôt que nous. Elle a eu un bon réflexe de nous faire sortir. Elle aurait pu paniquer. Elle doit recevoir la médaille d'or pour ce qu'elle a fait, bravo madame Gomez !"

Mila, Kamil et Osacak veulent une médaille pour leur maîtresse

Estelle et Yamina , les mamans de  Kamil et Mila feront la rentrée avec eux. "Ils ne savent pas trop comment ça va se passer, ils sont pressés de revoir leur camarades et d'en parler, mais ils regardent au dessus d'eux, ils se demandent si un autre plafond ne va pas s'effondrer. La première nuit a été difficilequand-même."

Estelle et Yamina