Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire du petit Grégory

Affaire Grégory : "Témoins à charge", livre posthume du juge Lambert, sort ce jeudi 24 août

Par Cédric Lieto, France Bleu Bourgogne, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu mercredi 23 août 2017 à 17:32

Jean-Michel Lambert, lors du livre sur la place 2014
Jean-Michel Lambert, lors du livre sur la place 2014 © Maxppp - Alexandre Marchi

Un mois et demi après son suicide, "Témoins à charge", onzième roman du juge Jean-Michel Lambert, premier juge de l'affaire Grégory Villemin, paraît ce jeudi 24 août.

C'est son onzième roman et probablement le dernier : "Témoins à charge", polar de Jean-Michel Lambert, le premier juge d'instruction de l'affaire Grégory Villemin paraît ce jeudi 24 août aux éditions De Borée. Une publication un mois et demi après le suicide de l'ancien magistrat devenu romancier le 11 juillet dernier.

A LIRE AUSSI | Le dernier roman du juge Lambert est-il un livre testament ?

"Témoins à charge", c'est l'histoire d'un jeune sorti de prison inculpé pour un double assassinat et que tout accuse. L'ouvrage met en scène une lieutenant de police et un avocat convaincus que l'affaire n'est pas si simple. Une intrigue très loin de l'affaire Grégory même si Eric Yung, journaliste, écrivain, auteur de la préface et proche du juge Lambert note quand même des similitudes. Pas de points communs avec l'affaire mais avec certains personnages :

Ce sont des petites choses. Il décrit une jeune fille qui dénonce à tort une personne du meurtre. Quand on lit la description, c'est exactement le portrait de Muriel Bolle. Quand on parle de l'avocat, il décrit un homme de petite taille, une crinière de cheveux blancs, le visage cerclé par une monture de lunettes métallique. Evidemment, on pense au transfert qu'a dû faire le magistrat vers son personnage de fiction."

"Une éponge"

Autre point commun, le mode opératoire du suicide de Jean-Michel Lambert est le même que celui d'un personnage du livre. Y-a-t-il eu une volonté chez l'ancien juge d'écrire un roman à clés, de glisser volontairement des "indices" ? Eric Yung n'y croit pas :

Je ne crois pas du tout qu'il y ait eu l'intention chez Jean-Michel Lambert de faire des références. Les écrivains sont des éponges, ils s'inspirent véritablement de leur vécu. C'est vraiment de l'expérience et rien que ça, c'est mon avis."

Retrouvez un dossier complet sur l'affaire Grégory Villemin.