Faits divers – Justice

Tensions à Sivens : les gendarmes bloquent l'accès au site pour éviter les débordements

Par Julie Guesdon, France Bleu dimanche 1 mars 2015 à 22:16

Le chantier du barrage de Sivens, dans le Tarn
Le chantier du barrage de Sivens, dans le Tarn © MaxPPP

Les deux principaux accès au site du barrage de Sivens (Tarn) ont été bloqués samedi par les gendarmes, après que des tensions sont survenues entre les zadistes et les agriculteurs. A cinq jours d'une décision du conseil général sur un projet de remplacement, l'affluence était forte et quelques coups ont été échangés entre les deux camps.

Les gendarmes ont bloqué, samedi et dimanche, les deux accès principaux au barrage de Sivens (Tarn). A cinq jours d'une décision du conseil général sur un projet de remplacement, la tension était très forte entre les zadistes et les agriculteurs qui s'opposent sur le site.

Selon les gendarmes, l'affluence d'opposants et de partisans du projet ce week-end était trop importante pour que les forces de l'ordre présentes sur place puissent assurer la sécurité.

> A lire aussi : notre dossier spécial sur le drame de Sivens

Les autorités craignent des échauffourées autour d'une barricade

La tension est encore montée d'un cran depuis vendredi autour d'une barricade installée par les zadistes au carrefour de la D999, en pleine campagne. Elle a été détruite et reconstruite trois fois avant d'être détruite dimanche matin.

Samedi, "un ou deux coups de poing ont été échangés" , selon la gendarmerie, entre les deux camps. Mais les agriculteurs ont obtenu samedi "l'autorisation de redétruire la barricade" . Les zadistes l'ont ensuite reconstruite dans la nuit mais dimanche matin elle a de nouveau été démantelée par les agriculteurs.

Un escadron de 80 gendarmes mobiles est venu prêter main forte au groupement de gendarmerie du Tarn en prévision de la fin de semaine. 

Le Conseil général se réunit vendredi pour arbitrer entre deux solutions privilégiées par les experts - une version allégée du barrage ou trois petites retenues latérales. Pour les zadistes, la réunion de vendredi "est une vaste mascarade pour gagner du temps avant les élections (départementales des 22 et 29 mars). Aucune décision ne sera prise et ils vont refiler le bébé à la prochaine équipe".