Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tentative de suicide de Cécile Bourgeon : sa mère témoigne

lundi 31 juillet 2017 à 19:45 Par Dominique Manent, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu

Cécile Bourgeon, la mère de la petite Fiona, est toujours hospitalisée après sa tentative de suicide, samedi soir, à la prison de Lyon-Corbas. Elle est tirée d'affaire mais sa mère, Françoise, est très inquiète : pour elle, "Cécile est au bout du rouleau".

Cécile Bourgeon aux cotés de son avocat Gilles-Jean Portejoie
Cécile Bourgeon aux cotés de son avocat Gilles-Jean Portejoie © Radio France - Olivier Vidal

Auvergne, Clermont-Ferrand, Puy-de-Dôme, France

Françoise, la mère de Cécile Bourgeon, qui vit près de Perpignan, se rend une fois par mois à Lyon-Corbas. Ce samedi, c'était justement jour de parloir et Françoise a trouvé sa fille "très dépressive". Acquittée des violences qui ont entraîné la mort de la petite Fiona, Cécile Bourgeon purge actuellement une peine de cinq ans de prison pour des délits, notamment la non- assistance à personne en danger et la dénonciation de crime imaginaire. Avec son compagnon, Berkane Makhlouf, qui a écopé de 20 ans pour la mort de la fillette, Cécile avait inventé l'enlèvement de Fiona, en mai 2013, au parc Montjuzet, à Clermont-Ferrand.

Elle parlait de suicide- Françoise, la mère de Cécile

Ce samedi après-midi, quand Françoise rencontre sa fille à la prison, elle la trouve déprimée. "Elle parlait de suicide, elle était au bout du rouleau". Françoise prévoit d'ailleurs d'alerter l'administration pénitentiaire. Le soir-même, la codétenue de Cécile Bourgeon prévient les secours. La jeune femme ne va pas bien. Elle a avalé une centaine de comprimés. Peut-être ceux qu'elle doit prendre régulièrement. Françoise explique que sa fille ne supporte plus la détention. Elle a travaillé en prison pour gagner un peu d'argent mais en ce moment elle est sans activité et elle évite de sortir de sa cellule. "Les autres détenues, qui la jugent, l'insultent. Et comme elle a grossi ... je vous passe les détails". "Elle a été jugée, elle a été acquittée des faits les plus graves. Ma fille n'est pas une meurtrière. On lui fait payer ses quatre mois de mensonges" conclut Françoise.

Une cinquième demande de remise en liberté

Le 8 août prochain, la justice examinera une nouvelle demande de remise en liberté de Cécile Bourgeon qui a déjà essuyé quatre refus. Et Françoise a bien du mal à comprendre pourquoi. Cécile a payé dit-elle et elle devrait pouvoir bénéficier de cette mesure, comme d'autres en bénéficient. Elle s'interroge aussi sur les mois à venir. Comment sa fille pourra t-elle affronter le procès en appel prévu au mois d'octobre prochain au Puy-en-Velay, en Haute-Loire ? "Tout recommencer à zéro, c'est très dur".