Faits divers – Justice

Interpellations, perquisitions, analyses ADN : le réseau responsable des attentats de Paris et Bruxelles quasi "anéanti"

Par Thibaut Lehut, France Bleu Paris et France Bleu vendredi 25 mars 2016 à 17:49 Mis à jour le vendredi 25 mars 2016 à 18:15

Opération de déminage à Schaerbeek.
Opération de déminage à Schaerbeek. © Reuters -

Depuis jeudi soir, les polices française et belge mènent de multiples actions antiterroristes, sur le terrain et en dehors. Avec à la clé une conclusion avancée par François Hollande : le réseau responsable des attentats de Paris et Bruxelles est en passe d'être "anéanti".

Interpellations, perquisitions, analyses : la soirée de jeudi et la journée de vendredi ont été marquées par plusieurs opérations policières qui ont conduit à des arrestations. L'enquête sur les attaques commises à Paris et à Bruxelles avance et semble confirmer que le même réseau franco-belge est responsable des attentats de Paris et de Bruxelles. Ce dernier est en voie d'être "anéanti", a annoncé François Hollande. Voici ce qu'il faut retenir de l'avalanche d'informations annoncées ces dernières 24 heures.

Salah Abdeslam charge Abaaoud

Salah Abdeslam. - Maxppp
Salah Abdeslam. © Maxppp

Selon les extraits d'un des interrogatoires, consultés par BFM TV, Salah Abdeslam considère Abdelhamid Abaaoud comme le "responsable" des commandos qui ont attaqué à Paris et Saint-Denis en novembre. D'après lui, "neuf personnes plus lui" ont directement participé à ces attentats. Toujours d'après BFM TV, il a reconnu lors de cet interrogatoire avoir "loué des voitures et des hôtels à la demande" de son frère, Brahim Abdeslam, qui s'est fait exploser au Stade de France. Depuis les attentats de Bruxelles mardi, Salah Abdeslam a cependant cessé de collaborer avec les enquêteurs.

>> À LIRE AUSSI : Retour sur la cavale de Salah Abdeslam

Najim Laachraoui, de Paris à Bruxelles

Najim Laachraoui. - Maxppp
Najim Laachraoui. © Maxppp -

L'ADN de Najim Laachraoui a été retrouvé sur plusieurs objets explosifs ayant servi dans les attentats du 13 novembre à Paris et sur un "morceau de tissu utilisé au Bataclan", a annoncé vendredi le parquet. Le terroriste, artificier présumé du groupe, s'est fait exploser à l'aéroport aux côtés d'Ibrahim El Bakraoui, qui a commis l'attaque-suicide dans le métro

Sept interpellations en lien avec les attentats de Bruxelles

Dans la nuit de jeudi à vendredi, sept personnes ont été interpellées à Bruxelles. Six d'entre elles ont été confirmées par les autorités, dont trois réalisées juste devant le parquet fédéral, en plein centre-ville. Le septième individu aurait été arrêté à Forest. Il s'agirait de la personne qui figurait sur les images de vidéosurveillance du métro, aux côtés de Khalid El Bakraoui, le kamikaze qui s'est fait exploser à la station de Maelbeek. Pas de confirmation officielle sur cette arrestation-là.

>> À LIRE AUSSI : Le point sur l'enquête sur les attentats de Bruxelles

Quatre interpellations pour déjouer une nouvelle attaque 

Reda Kriket a été interpellé à Boulogne-Billancourt. - Maxppp
Reda Kriket a été interpellé à Boulogne-Billancourt. © Maxppp -

Jeudi soir à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), la police arrête Reda Kriket et perquisitionne un appartement à Argenteuil (Val d'Oise). Elle y trouve des armes et du matériel utilisé pour la confection d'explosifs, et annonce avoir déjoué un projet d'attentat avancé en France. Vendredi, trois personnes sont arrêtées en Belgique, toujours dans l'agglomération bruxelloise. Il s'agit d'un Tawfik A. et d'un Salah A. (qui n'est pas Salah Abdeslam). L'identité du troisième n'a pas été révélée. Le rôle de chacune de ces personnes n'est pas encore connu dans ce projet d'attentat déjoué.

>> À LIRE AUSSI : Qui est Reda Kriket, arrêté jeudi en région parisienne ?

Un mort français dans les attentats de Bruxelles

La longue identification des victimes des attentats de mardi à Bruxelles progresse. Au moins un Français compte parmi les 31 victimes. En tout, le décès de ressortissants de neuf nationalités, dont des Néerlandais, un Chinois et deux Américains a été confirmé par les autorités de leurs pays respectifs.

>> À LIRE AUSSI : Un Français parmi les morts, 12 autres blessés

Un réseau "en voie d'être anéanti"

L'enquête semble confirmer qu'une seule et même cellule franco-belge est à l'origine des attentats de Paris et de Bruxelles. Cette dernière est cependant "en voie d'être anéantie" par ces nombreuses opérations policières, a annoncé François Hollande vendredi en fin de journée. "Nous savons qu'il y a d'autres réseaux, il y a toujours une menace qui pèse", a-t-il cependant averti.