Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Terrorisme islamiste : un homme soupçonné de radicalisation interpellé à Migliacciaru

lundi 9 juillet 2018 à 17:03 Par Thibault Quilichini et Pierre-Louis Sardi, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure), France Bleu RCFM et France Bleu

Une dizaine d'hommes spécialisés dans la lutte antiterroriste ont interpellé un homme suspecté de radicalisation ce matin à Migliacciaru, sur la commune de Prunelli-di-Fiumorbu, en Haute-Corse. L'homme pourrait avoir été en lien avec l'auteur d'un attentat sur le continent.

Illustration Police
Illustration Police © Maxppp - Maxppp

Corse, France

Il était aux alentours de 11h30 ce matin, à Migliacciaru, sur la commune de Prunelli-di-Fiumorbu, en Haute-Corse, lorsqu'une personne suspectée de radicalisation a été interpellée par une dizaine d'hommes spécialisés dans la lutte antiterroriste. Cagoulés et en uniforme d'intervention, ils ne se sont vus opposer aucune résistance. 

Selon certaines informations, l'homme interpellé ne serait pas fiché S mais était néanmoins suivi par le groupe d'évaluation départemental, qui veille à ce que chaque signalement pour radicalisation potentiellement violente,  fasse l’objet d’une évaluation opérationnelle permanente. On ignore pour l'instant dans quel cadre l'interpellation menée à la demande d'un juge antiterroriste parisien a été réalisée. 

L'homme pourrait toutefois avoir été en relation avec l'un des deux islamistes qui avaient égorgé le prêtre dans l'église de St Etienne-du-Rouvray le 26 juillet 2016,  avant d'être abattus par les forces de l'ordre.  On ne sait pas encore si la garde à vue, qui dans le cadre d'une affaire antiterroriste peut durer jusqu'à 96 heures, va se poursuivre au commissariat de Bastia, ou si l'homme interpellé sera transféré au siège de la sous-direction anti-terroriste  à Levallois Perret, en région parisienne.