Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Nice accueillera un centre régional de résilience

jeudi 8 novembre 2018 à 9:09 Par Fabien Fourel, France Bleu Azur

Philippe Pradal, premier adjoint au maire de Nice est venu dévoiler le dispositif qui sera mis en place dans les prochains mois à Nice. La ville accueillera une des 10 centres régionaux de ressources et de résilience.

Philippe Pradal, premier adjoint au maire de Nice dans le studio de France Bleu Azur
Philippe Pradal, premier adjoint au maire de Nice dans le studio de France Bleu Azur © Radio France - Fabien FOUREL

Nice, France

Nice n’accueillera pas le centre national de résilience chargé du suivi des victimes traumatisées des attentats !  C'est Paris et Lille qui ont été choisies. À la place une antenne régionale, en quelques sorte, sera créée : un centre de gestion des psychotraumatismes créé à Nice et dans neuf autres villes de province. Philippe Pradal, premier adjoint au maire de Nice, nous a donné davantage de détails. 

"Il sera implanté au sein de la maison d’accueil des victimes de la rue Gubernatis" Philippe Pradal, premier adjoint au maire de Nice. 

Philippe Pradal donne des détails sur le centre régional

Un lieu qui accueillera des psychologues, des experts, pour aider les victimes de violences pénales (terrorisme, viol, ..) mais aussi de violences non-pénales comme les violences intrafamiales pas forcément condamnées, ou encore les deuils après un accident par exemple. Il y aura une prise en charge psychologique mais aussi sociale pour aider les victimes à trouver le chemin de la résilience. 

Pourquoi pas le centre national à Nice ? 

C'est en effet ce qui était envisagé. Nice étant la ville ayant le plus lourd bilan des attentats (le plus de victimes en France). Pour autant, c'est Paris et Lille qui obtiennent ce centre national de résilience. Cruel et incompréhensible pour les familles de victimes. Philippe Pradal ne comprend pas non plus ce choix. 

La colére et déception d'Anne Murris, maman d'une des victimes de l'attentat de Nice

"Madame Belloubet, ministre de la Justice, nous a indiqué qu'elle nous expliquera pourquoi ce choix de Lille, moi je ne comprends pas non plus. "

Et la candidature au centre européen de résilience ? 

En revanche, Nice est toujours dans la course pour obtenir le centre européen de résilience. Le gouvernement soutient la ville sur ce dossier. Elle devra se battre face à d'autres poids lourds comme Londres, durement touchée par les attentats. Pourtant la mairie y croit. 

"On fera pas les choses à moitié, on fera le maximum pour avoir ce centre."

Réécoutez l'interview en intégralité