Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Thalys : Ayoub El Khazzani mis en examen et incarcéré

mardi 25 août 2015 à 8:36 - Mis à jour le mercredi 26 août 2015 à 7:30 Par Marina Cabiten, France Bleu Nord

Le juge d'instruction a prononcé dans la nuit de mardi à mercredi la mise en examen d'Ayoub El Khazzani pour tentative d'assasinats à caractère terroriste. Il a été placé en détention provisoire. Pour le procureur de la République de Paris, son attaque était "ciblée et préméditée".

Ayoub El Khazzani au palais de justice de Paris.
Ayoub El Khazzani au palais de justice de Paris. © Reuters

Ayoub El Khazzani est sous les barreaux. Ce Marocain, principal suspect de la tentative d'attentat dans un train Thalys vendredi dernier, a été mis en examen pour tentatives d'assassinats à caractère terroriste dans la nuit de mardi à mercredi . Il est également poursuivi pour "détention, port et transports d'armes (...) en relation avec une entreprise individuelle ou collective terroriste" et pour "participation à une association de malfaiteurs terroristes en vue de la préparation d'un ou plusieurs crimes d'atteintes au personnes".

Il a été placé en détention provisoire, comme l'avait demandé mardi après-midi le procureur de la République de Paris, François Molins, qui avait également annoncé l'ouverture d'une information judiciaire pour tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste" ,  Quelques heures plus tôt, il avait été révélé qu'Ayoub El Khazzani avait consulté un site de chants jihadistes juste avant de monter à bord. 

Un attentat évité ? 

Ce Marocain de 25 ans a été maîtrisé par des passagers vendredi alors qu'il sortait des toilettes armé d'un fusil d'assaut kalachnikov et en possession de neuf chargeurs, d'un pistolet Luger, d'un cutter, de 270 munitions, ainsi que d'une bouteille d'essence, a précisé le procureur. L'homme, décrit comme un "SDF", "squelettique", par l'avocate qui l'a assisté aux premières heures de sa garde à vue, a réfuté tout acte terroriste lors de ses premières auditions. Il a notamment prétexté "des trois de mémoire", selon François Molins. La kalachnikov? Il l'aurait trouvée par hasard dans un jardin près de la gare de Bruxelles-midi. Son projet ? Menacer les voyageurs pour les détrousser.    

Mais cette nouvelle information mardi décrédibilise un peu plus cette version à laquelle les enquêteurs croyaient déjà peu : Ayoub El Khazzani a visionné une vidéo de chants jihadistes sur son portable juste avant l'attaque.  

"Il a regardé cette vidéo entre le moment où il acheté son billet et l'instant où il est entré dans le train" - une source proche du dossier

Cette information a été confirmée par François Molins, le procureur de la République de Paris, qui a donné une conférence de presse mardi en fin d'après-midi : il a visionné une vidéo "exhortant les fidèles au combat", explique le magistrat. "Avant le départ de Bruxelles, l'homme s'est enfermé dans les toilettes avec un sac à dos et une valise  (...). Il est sorti torse nu avec une kalachnikov en bandoulière", raconte-t-il également. 

À LIRE AUSSI : VIDÉO | François Hollande salue le courage des héros du Thalys

Parcours sinueux

Outre la question d'éventuelles complicités ou de commanditaires de son geste, l'enquête va devoir retracer le parcours sinueux du jeune Marocain. Arrivé en Espagne en 2007, vers 18 ans, installé à Algesiras (sud) où vit son père, le suspect avait déjà été signalé pour ses discours radicaux dans des mosquées et s'était fait connaître pour trafic de drogue. Début 2014, les services de renseignement espagnols signalent à leurs homologues français son intention de franchir la frontière.

Un passage en France est désormais attesté , puisque l'opérateur de téléphonie mobile Lycamobile a confirmé lundi que le Marocain y avait bien travaillé de février à avril 2014, avant une rupture car ses papiers "ne lui permettaient pas de travailler en France", selon l'employeur. Cette thèse du passage en France est confirmée par le procureur, qui a expliqué de le suspect "a séjourné cinq à sept mois en France ". 

Lundi soir, deux perquisitions ont été menées à Bruxelles, en Belgique, a révélé mardi le journal Le Soir. Elles visaient le domicile de la soeur d'Ayoub El Khazzani ainsi que celui d'un ami chez qui il aurait séjourné.