Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Thalys : les annonces pour renforcer la sécurité dans les trains

samedi 29 août 2015 à 19:28 Par Germain Arrigoni, France Bleu

La France et les huit pays avec lesquels elle a des liaisons ferroviaires transfrontalières vont renforcer leur coopération et notamment intensifier le contrôle des passagers et des bagages dans les gares et les trains, ont-ils annoncé samedi à Paris, après l'attaque du Thalys vendredi dernier.

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve
Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve © MaxPPP

Une semaine après l'attaque armée dans un Thalys Amsterdam-Paris, les ministres de l'Intérieur et des Transports des neuf pays réunis place Beauvau ont appelé au renforcement des patrouilles conjointes et à l'extension du recours aux billets nominatif s dans les trains internationaux longue distance. 

La France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Italie, l'Espagne, la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Suisse jugent par ailleurs "indispensable de mettre en œuvre des opérations de contrôle simultanées et coordonnées sur des trajets ciblés", a ajouté le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, lisant une déclaration commune. 

Les ministres des neuf pays ont en outre appelé la Commission de Bruxelles à renforcer la législation européenne sur les armes - la remilitarisation des armes étant plus aisée dans certains pays que dans d'autres - et à intensifier les échanges de renseignements entre pays

Le ministre a également appelé les États membres de l'espace Schengen à "insérer de manière systématique dans le SIS (système d'information Shengen, seul fichier commun, NDLR) le nom des personnes suspectées d'être jihadistes".