Faits divers – Justice

Thierry Olive, l'agriculteur manchois de "l'Amour est dans le pré" est de retour devant le tribunal

Par Benoît Martin, France Bleu Cotentin mardi 11 février 2014 à 16:50

Thierry Olive à son arrivée au tribunal de Coutances (Manche) en août dernier.
Thierry Olive à son arrivée au tribunal de Coutances (Manche) en août dernier. © MaxPPP - - Christophe Leconte

L'agriculteur star révélé dans la saison 7 de "l'Amour est dans le pré" est de retour mercredi devant le tribunal correctionnel de Coutances. Il est poursuivi pour tromperie sur la marchandise dans le cadre de la vente d'un veau. Une affaire déjà audiencée en août dernier.

C'est la deuxième fois que Thierry Olive se retrouve devant le tribunal de Coutances dans cette affaire. La première fois, c'était le 28 août dernier, mais devant la complexité du dossier, le tribunal avait demandé un complément d'information.

Un veau de race laitière vendu au prix d'une race à viande

Ce qui est reproché à l'agriculteur star, c'est d'avoir vendu comme veau de race à viande un veau en réalité issu de la filière laitière et dont la valeur marchande est moindre. C'est un agriculteur du canton de Gavray qui a porté plainte en 2012.

Dans cette affaire, la justice parle au total de 16 transactions qui présenteraient des anomalies car il est impossible d'établir la lignée des animaux vendus. Lors de la première audience, en août dernier, l'avocate de Thierry Olive avait plaidé des erreurs de l'agriculteur, sans volonté de tromper les acheteurs. Le procureur lui, trouvait suffisamment troublante la répétition des faits et avait requis 500 euros d'amende, peine assortie en partie du sursis.

Une affaire plus complexe que prévue

Mais le tribunal jugeant trop complexe la législation entourant les ventes d'animaux et le système de nomenclature en vigueur pour classer les bêtes, avait demandé un complément d'information. L'audience avait finalement été renvoyée au 20 novembre dernier mais une nouvelle fois, le tribunal avait renvoyé l'affaire au motif qu'il lui fallait plus de temps pour s'imprégner de la complexité du dossier.

C'est fort de ces nouveaux éléments que le tribunal devrait être en mesure aujourd'hui de trancher cette affaire dans laquelle Thierry Olive, qui rejette toute culpabilité, avait menacé d'entamer une grève de la faim.