Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Thionville : un marchand condamné pour des diamants à l’origine douteuse

lundi 28 novembre 2016 à 19:00 Par François Pelleray, France Bleu Lorraine Nord

Le trafic de diamants et les guerres civiles en Afrique planaient sur le tribunal correctionnel de Thionville ce lundi. Un marchand de pierres précieuses a été condamné à six mois de prison avec sursis, 10.000 euros d'amende et confiscation de quatre diamants. Valeur à la revente : 40.000 euros.

Un diamant bleu (photo d'illustration).
Un diamant bleu (photo d'illustration). © Maxppp -

Thionville, France

Le 13 juillet 2015, « la chance du douanier » a permis de tomber sur quatre diamants d'une valeur de 40.000 euros. Le contrôle se déroulait à Kanfen sur l'A31, juste après la frontière luxembourgeoise. L'homme n'avait aucun certificat pour justifier la provenance. Il affirme les avoir achetés au Congo.

Le tribunal correctionnel de Thionville l’a condamné, lundi 28 novembre, à six mois de prison avec sursis, 10.000 euros d'amende douanière et confiscation des quatre diamants saisis.

Le tribunal s'est montré intransigeant pour tordre le cou à ce commerce qui fait couler le sang en Afrique. Le diamant de sang ou blood diamond, c'est le titre d'un film avec Leonardo di Caprio.

Si on était au cinéma, on évoquerait le trafic d'armes, et les conflits sanguinaires du Congo, de Sierra Leone – le président du tribunal.

« Alors qui êtes-vous monsieur » poursuit le président, « parce que vous n'est pas un simple commerçant qui vend des soutiens-gorge sur les marchés ». Face à lui, un homme de 42 ans qui se présente comme un marchand de pierres précieuses installé à Lyon. Mais un marchand qui s'emmêle les pinceaux avec la réglementation très stricte dans ce commerce.

Son avocate tente de plaider la bonne foi. « Oui, il a travaillé à l'envers, en allant chercher un certificat à Anvers, la capitale du diamant en Belgique. Il est peut-être nul, mais ce n'est pas un fraudeur ».

Le diamant le plus gros vaut 18.000 euros

Pour justifier l’origine de ces diamants, l'homme n'avait qu'une pseudo facture à présenter aux douaniers, avec une adresse dessus qui renvoie à une maison d'hôte au Congo. Une facture de 10.000 euros pour les quatre diamants bruts. Une fois taillés, ils valent quatre fois plus. Le plus gros est large de 7 mm. A lui seul, il vaut 18.000 euros.

L'Etat a le droit de les garder. Pour les vendre aux enchères ou les exposer au musée de la douane à Bordeaux. « En tout cas, ils ne seront pas détruits » rassure un douanier. Les diamants sont éternels.