Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Thonon-les-Bains : quatre hommes condamnés, le cinquième relaxé au procès de la violente agression à Genève

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Le tribunal correctionnel de Thonon-les-Bains a condamné hier soir quatre hommes à des peines allant de quatre à huit ans d'emprisonnement pour l'agression de cinq femmes à la sortie de la discothèque Le Petit Palace en août 2018 à Genève. Le cinquième prévenu a été relaxé.

Tribunal de Thonon-les-Bains.
Tribunal de Thonon-les-Bains. © Radio France - Bleuette Dupin

Les avocats de la défense craignaient que le poids des regards suisses tournés vers le tribunal de Thonon-les-Bains durant ces deux jours pèse lourdement sur le jugement des cinq hommes poursuivis pour violences en réunion. L’un des avocats a même parlé de la nécessité de « satisfaire le tout Genève ».  

Au terme de ces deux jours d'un procès marqué par de très vives interpellations entre avocats de la défense et ceux de la partie civile mais aussi avec les victimes et même avec la présidente du tribunal, les avis sont plus mesurés.

L'agression avait suscité une très vive émotion à Genève

L’émotion avait été très vive à la suite de cette agression le 8 août 2018 à 4h du matin à la sortie de la discothèque Le Petit Palace à Genève. Une femme de 34 ans est insultée puis frappée, quatre autre jeunes femmes arrivent à son secours et essuient à leur tour une pluie de coups de poings et de coups de pieds. Les agresseurs prennent la fuite et laissent deux victimes très grièvement blessées à la tête, l’une souffre d’un traumatisme crânien et reste invalide à 40%.

A quelques heures du procès, le Collectif genevois contre les violences faites aux femmes a publié un communiqué pour appeler à des condamnations, et dénoncer " la justice patriarcale française qui n'a pas retenue la tentative de meurtre". 

Le parquet de Thonon-les-Bains précise qu'en France les poursuites pour "tentative de meurtre", jugée en cour d'assises, doivent se fonder sur la démonstration de l'intention de tuer qui n'a pas été faite lors de l’instruction.  D'où le renvoi devant le tribunal correctionnel pour "violences en réunion". Au cours du procès les deux avocats des victimes, tous deux suisses ,ont souligné à plusieurs reprises les grandes différences de procédure d'un pays à l'autre.

Un prévenu relaxé, faute d'élément prouvant sa participation

Au final, des peines de 4 à 8 ans de prison ferme ont été prononcées pour quatre prévenus, et la relaxe pour le cinquième, faute d’élément prouvant sa participation aux coups. Des peines qui sont en-dessous des 3 à 13 ans ferme requis quelques heures plus tôt par le parquet pour les cinq. Le tribunal n’a pas retenu la circonstance aggravante de « violences avec armes ».

Quatre des cinq avocats plaidaient la relaxe, face à l’impossibilité de déterminer clairement qui avait frappé qui, et aux témoignages parfois contradictoires dans le dossier. Ils ont dix jours pour faire appel mais trois d’entre eux ont déjà souligné qu’ils ne demanderaient pas un deuxième procès. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu