Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Timac à Saint-Malo : le tribunal nomme un expert indépendant pour analyser les rejets de l'usine

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

Après le recours déposé par des riverains de l'usine d'engrais de la Timac à Saint-Malo, le tribunal a décidé de nommer un expert indépendant pour contrôler les rejets de l’usine. Les riverains se plaignent de la pollution de l'air liée aux activités de l'usine.

Des riverains de la Timac devant le tribunal de Saint-Malo
Des riverains de la Timac devant le tribunal de Saint-Malo © Radio France - Céline Guetaz

Le tribunal de Saint-Malo a rendu sa décision ce jeudi 2 juillet. Il nomme un expert indépendant de la cour d'appel de Paris, pour analyser les rejets de l'usine d'engrais et de fertilisants de la Timac Agro de Saint-Malo. Le tribunal avait été saisi en référé par onze riverains et l'association Osons, qui réclamaient cette expertise. Ces riverains dénoncent en effet la pollution de l'air liée à l'activité de l'usine, et notamment ses rejets d'ammoniac. Le juge des référés estime qu'il existe un "motif légitime" à ordonner l'expertise en raison des "contradictions entre les nombreuses attestations, les constats, et les mesures effectuées". 

L'expert dispose de neuf mois pour rendre sa copie

L'expert nommé a désormais neuf mois pour analyser la décision et rendre son rapport. "C'est une première étape, une première victoire, une décision pour enfin plus de transparence. Nous aurons enfin un avis indépendant sur la situation", estime Maitre Virginie Le Roy, l'avocate de ces riverains. L'expert devra examiner les procédés de fabrication et la nature des rejets. "Les Malouins et les salariés de l'entreprise seront enfin informés", estime Alain Guihard, de l'association Osons car _"160 tonnes d'ammoniac sont déversées chaque année dans l'atmosphère de Saint-Malo par la Timac. Que deviennent-elles ? Sont-elles dangereuses, comme nous le dénonçons ? L'expert devra nous le dire"_

Des rejets d'ammoniac qui polluent ?

Les riverains reprochent à l'usine de polluer la cité corsaire depuis des années, avec des rejets d'ammoniac. A l'audience, le 11 juin dernier, ils évoquaient des nuisances insupportables, des odeurs chimiques qui empêchent d'ouvrir les fenêtres, des poussières qui provoquent des irritations des yeux, du nez. L'avocate des riverains Maître Virginie Le Roy avait rappelé à l'audience que la "Timac a été mise en demeure par la Préfecture en 2018 après des relevés supérieurs aux seuils autorisés". La Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal) avait relevé à l'époque des rejets d'ammoniac 6 à 12 fois supérieurs à la  réglementation. L'entreprise avait payé une amende 5 000 euros, et avait reçu l'ordre d'arrêter la production de produits à base d'ammoniac dans  la zone portuaire de Saint-Malo.

Timac Agro se félicite aussi de la nomination d'un expert indépendant

Dans un communiqué, Timac agro "salue la décision du tribunal de nommer une experte indépendante qui permettra de répondre aux inquiétudes des riverains". L'entreprise rappelle également que "de nombreux investissements pour optimiser la production de ses usines ont été faits" et que le site de Saint-Malo "est régulièrement ouvert aux riverains lors de portes ouvertes". A l'audience, l'avocat de la Timac-Agro avait répété qu'il n'existait pas "de risque sanitaire". Il estimait que le dossier ne reposait sur aucune preuve, précisant que toutes les obligations et mesures d'auto-contrôles exigées avaient été respectées. 

Une plainte déposée par Eau et rivières et Bretagne vivante

L'usine malouine, qui appartient au groupe Roullier, fait également l'objet d'un autre dépôt de plainte. Il a été déposé par les associations Eau et Rivières et Bretagne vivante qui indiquent que le producteur d'engrais malouin est à l'origine de rejets d'ammoniac dans l'atmosphère, dont les seuils ont été dépassés, y compris pendant la période de confinement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess