Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tirs sur des agents de Poitiers et du département de la Vienne: "une bêtise mais pas l'intention de blesser"

lundi 3 septembre 2018 à 17:28 Par Rivière Isabelle, France Bleu Poitou

500 euros d'amende, dont la moitié avec sursis, c'est la peine prononcée par le tribunal correctionnel de Poitiers à l'encontre d'un Poitevin de 19 ans. Jeudi, à Poitiers, le jeune homme a tiré sur des agents de la ville et des routes avec une carabine de foire, sans faire de blessés.

Illustration
Illustration © Maxppp - Maxppp

Poitiers, France

A Poitiers, le jeune homme qui avait tiré sur des agents de la Ville et de la Direction départementale des routes de la Vienne la semaine dernière en est quitte pour une peine d'amende de 500 euros, dont la moitié avec sursis. Jeudi dernier, il s'était "amusé" à tirer avec une carabine de foire sur une zone de travaux, sur la rocade Ouest de Poitiers, secteur de l'aéropostale. La police a retrouvé deux impacts sur la camionnette des agents. Personne n'a été blessé, mais les fonctionnaires ont eu la peur de leur vie. D'autant que juste avant, le jeune de 19 ans avait lancé un pétard. "C'était stupide" a reconnu le prévenu à la barre. La justice ne sous-estime pas la gravité des faits, mais s'appuie sur la personnalité plutôt positive du jeune homme pour sanctionner ce qui s'apparente plus à de la bêtise. 

Une bêtise liée à un contexte de ras le bol. 

Un acte "con" comme le reconnaît l'avocat du prévenu, lié à un contexte particulier. Le jeune homme est issu d'une famille de gens du voyage sédentarisés qui vit de l'autre côté de la rocade, près de l'aéroport de Poitiers. Or il y a quatre ans, quand les autorités ont décidé d'interdire la traversée de la rocade et de fermer tous les accès, leur vie, disent-ils, est devenue "invivable". Les commerces, écoles et médecins sont de l'autre côté d'un terre-plein central, aucun accès piéton, vélo ou scooter. Il faut faire un large détour en voiture pour rejoindre la ville. 

Aucune cible visée en particulier

Aussi, quand les ados de ces familles aperçoivent des agents en train de s'affairer sur les lieux, ils s'agacent. Le prévenu lance un pétard. Puis, retourne chez lui, et sort sa carabine bleue, une carabine de foire à air comprimé, qu'il charge de plombs à deux reprises. 

"Je ne les visais pas vraiment. J'ai juste tiré devant, jamais je n'aurais pensé que ça atteindrait leur fourgon. Ils étaient à 100-200 mètres".

Le garçon, blond, -pull marinière, jean et baskets bleu marine,- a l'air sincère. Son conseil rappelle qu'il est jeune, 19 ans, qu'il a un CAP-BEP et qu'il travaille en intérim mais qu'il souhaite monter son propre foodtruck (camion-restaurant) . Son casier judiciaire est vierge. Pour l'avocat, c'est une "bêtise", rien qui vaille de l'enfermer avec des détenus aux casiers bien chargés.