Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tombes profanées à Sète : les familles créent un collectif de victimes

vendredi 12 avril 2019 à 4:33 Par Sophie Eychenne, France Bleu Hérault et France Bleu

L'homme qui avait profané plus de 25 tombes à Sète ne s'est pas présenté à son procès le 11 avril. Le juge a décidé de reporter l'audience au 23 septembre 2019. Pour les familles des défunts, l'émotion et la colère sont intactes. Elles se regroupent en collectif.

L'homme "crevait" les yeux des défunts sur les plaques commémoratives avec un tournevis.
L'homme "crevait" les yeux des défunts sur les plaques commémoratives avec un tournevis. - Marie-Claude Nougaret

Sète, France

L'homme âgé d'une cinquantaine d'années avait pourtant plaidé coupable. Il risquait donc une peine "allégée", mais a décidé de ne pas se rendre au tribunal de grande instance de Montpellier, le jeudi 11 avril pour son audition dans le cadre d'une comparution avec reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC).

L'audience reportée après trois heures d'attente

Une vingtaine de personnes, représentant les familles de défunts, étaient rassemblées devant le palais de justice de Montpellier. Après trois heures d'attente, le juge a annoncé que l'audience était reportée au 23 septembre 2019. Cette fois l'homme sera jugé devant le tribunal correctionnel, il risque une peine beaucoup plus lourde. Marie-Claude Nougaret était présente au tribunal. La tombe de ses grands-parents a été profanée. Pour elle, l'homme s'est "attaqué à des innocents qui ne pouvaient pas se défendre".

Même une petite somme d'argent n'effacera pas la souffrance que notre famille peut ressentir

Le mis en cause a profané plus de 25 tombes dans les cimetières marin et du Py à Sète.

Les yeux des défunts rayés avec un tournevis

La méthode était toujours la même : avec un tournevis, il "crevait" les yeux des photos sur les plaques commémoratives, car il ne "supportait pas le regard des défunts". 

Le Sétois est actuellement en liberté. Pour Marie-Claude Nougaret, il est "dangereux, rien ne dit que demain, il ne s'attaquera pas à quelqu'un car il ne supportera pas son regard".

La colère et l'émotion de Marie-Claude Nougaret sont intactes.

Tous les plaignants se constituent partie civile pour le prochain procès. Ils ont décidé de former un collectif de victimes et seront représentés par un avocat.