Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tornade de novembre à Saint-Brévin-les-Pins : l'État ne reconnaît pas la catastrophe naturelle

vendredi 21 décembre 2018 à 18:52 Par Pascale Boucherie, France Bleu Loire Océan

Les images de la tornade qui, pendant une minute, a frappé Saint-Brévin-les-Pins dans la nuit du 10 au 11 novembre dernier, sont impressionnantes : des pins déracinés, cassés ou étêtés, une école primaire sans plafond. Et pourtant, non. L'état de catastrophe naturelle n'est pas reconnu.

La cour de l'école Paul Fort au lendemain du passage de la tornade.
La cour de l'école Paul Fort au lendemain du passage de la tornade. © Radio France - Anne Patinec

Saint-Brevin-les-Pins, France

Les images de la tornade qui, pendant une minute, a frappé Saint-Brévin-les-Pins, dans la nuit du 10 au 11 novembre 2018, sont impressionnantes : des pins déracinés, cassés ou étêtés, une école primaire sans plafond. Et pourtant, non. L'état de catastrophe naturelle n'est pas reconnu. La préfecture parle "d'épisode tempétueux" et non "d'événement cyclonique". La mairie a appris la mauvaise nouvelle en fin de semaine dernière.

74 Brévinois touchés et 600 000 € de dégâts pour la mairie

Toitures abîmées, tuiles arrachées, vérandas et clôtures brisées, arbres tombés au sol, la mairie de Saint-Brévin-les-Pins a compilé pas moins de 74 courriers d'habitants impactés par la tornade.

Mais le plus impressionnant concernait l'école primaire Paul Fort. Deux de ses classes se retrouvaient sans plafond. Le montant total des interventions d'urgence et des travaux a été chiffré à 600 000 euros

La commune est couverte par son assurance, mais aux dégâts matériels s'ajoutent les heures de travail de son personnel le dimanche. "Un delta difficile à évaluer à l'heure actuelle" précise le maire Yannick Morez.