Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Toujours pas de suspect dans l'homicide commis à l'hôpital Laborit de Nieuil-l'Espoir

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

Toujours pas de suspect dans l'affaire d'homicide au sein de l'établissement psychiatrique Laborit de Niueil-l'Espoir. Depuis la découverte jeudi 3 octobre du corps d'une patiente de 29 ans morte étouffée, les gendarmes de la brigade de recherche de Poitiers multiplient les auditions.

Le procureur de la république Michel Garandaux est persuadé que l'auteur des faits figure parmi les 28 patients ou personnels présents cette nuit du 2 octobre
Le procureur de la république Michel Garandaux est persuadé que l'auteur des faits figure parmi les 28 patients ou personnels présents cette nuit du 2 octobre © Radio France - Baudouin Calenge

Poitiers, France

Les 26 autres patients présents cette nuit ainsi que les deux soignants ont déjà été entendus. Mais rien ne permet pour l'instant de savoir qui est l'auteur de cet homicide. Une chose est quasi certaine : le meurtrier présumé figure parmi les personnes, patients ou soignants, qui étaient présentes dans la nuit du 2 au 3 octobre.

Pas de traces d'effraction

Le bâtiment est bouclé entre 21 heures et 6 heures du matin. Or "aucune trace d'effraction n'a été relevée", souligne le procureur Michel Garandaux. Reste à trouver l'auteur, chose compliquée surtout dans cet environnement très particulier avec des malades qui ont des pathologies psychiatriques parfois lourdes. Des malades hospitalisés là par leur propre volonté et non hospitalisés d'office.

Des résultats d'analyses attendus

Les gendarmes ne se limitent pas à entendre les seules personnes présentes cette nuit-là. L'ensemble du personnel est, ou va être, entendu soit une quarantaine de personnes. En parallèle, le procureur attend les résultats d'analyses d'un certain nombre de prélèvements effectués dans la chambre et sur le corps de la victime, âgée de 29 ans. Cette jeune femme était hospitalisée à Nieuil-l'Espoir depuis janvier dernier.

Choix de la station

France Bleu