Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Toulouse : 10 mois de prison avec sursis requis contre un gilet jaune pour violence sur un journaliste

-
Par , France Bleu Occitanie

Il est le seul à avoir été clairement identifié à ce jour dans le groupe qui a agressé deux équipes télé près de la place du Capitole le 24 novembre dernier. Ce jeune homme de 29 ans, fragile psychologiquement a présenté ses excuses à l'audience.

Plus de quatre mois après les faits, l'audience se tenait ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Toulouse (photo d'illustration)
Plus de quatre mois après les faits, l'audience se tenait ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Toulouse (photo d'illustration) © Radio France - Stéphanie Mora

Toulouse, France

C'était l'une des premières agressions de journalistes sur des manifestations de gilets jaunes le samedi. Lors de l'acte II le 24 novembre dernier, deux équipes de chaîne de télé d'info en continue, BFM TV et CNews, se sont retrouvées encerclées dans un coin de la place du Capitole. Les quatre journalistes ont été insultés avant d'être frappés pour certains, deux autres ayant réussi à prendre la fuite dans les rues adjacentes et de trouver refuge dans un commerce. Un des reporters de C News (chaîne du groupe Canal +) avait été frappé au sol.  L'enquête n'a permis d'identifier qu'un de ses agresseurs.

Plus de quatre mois après, ce gilet jaune de 29 ans comparaissait ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Toulouse pour ces faits. Un prévenu sous curatelle , qui a eu bien du mal à expliquer son geste devant le juge. D'après la victime, il a évoqué un mouvement de foule, des coups de pied donnés presque au hasard. Le procureur a requis 10 mois de prison avec sursis, une obligation de soins psychiatriques (qu'ils refusaient jusqu'alors), et une interdiction de manifester comme d'approcher notre confrère. Le gilet jaune a présenté ses excuses lors de l'audience. 

Le jugement est mis en délibéré au 10 mai prochain.

Selon nos informations, les plaintes déposées par les trois autres confrères de BFM et CNews n'auraient abouti à aucune arrestation.