Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Toulouse : quatre jours après l'incendie de la rue Bayard, les sinistrés attendent toujours un logement

-
Par , France Bleu Occitanie

Jeudi dernier au petit matin, l'immeuble du 73 rue Bayard près de la gare Matabiau était ravagé par les flammes. Depuis, une quarantaine de personnes sans solution de repli dorment dans le gymnase du collège Toulouse-Lautrec. Les victimes vont se rassembler sur la place du Capitole ce lundi.

L'incendie a mobilisé plus de  150 pompiers rue Bayard.
L'incendie a mobilisé plus de 150 pompiers rue Bayard. © Radio France - Julien Balidas

Toulouse, France

Une partie de basket improvisée au milieu des lits de camp par les enfants. Certains sinistrés tentent de dormir un peu, d'autres mangent un bout. Depuis jeudi soir, une quarantaine de personnes, dont une dizaine d'enfants, sont en attente d'être relogées. Le gymnase qui les accueille va devoir être libéré rapidement pour les élèves, les victimes attendent des réponses de la mairie et de la préfecture. Sans doute ce lundi. 

"On a tout perdu"

C'est la phrase qui revient sans cesse : "On a tout perdu". Mevlut, qui habitait au quatrième étage, raconte qu'il n'a plus "un papier, plus rien. Nous voulons l'aide de la ville. C'est dur ici. On ne peut pas dormir, les enfants pleurent tout le temps." 

Ahmad, à côté de lui, a été blessé dans l'incendie "Moi aussi j'ai tout perdu. On nous propose le 115 mais on n'en veut pas. Nous on avait un appartement, on veut un appartement", lâche le jeune homme qui habitait l'immeuble depuis six ans.

Rassemblement à 12h30 place du Capitole

Les victimes ont reçu l'aide d'associations comme la Croix-Rouge, de particuliers également qui ont laissé des vêtements tout le weekend. Un collectif a été monté avec l'association Droit au Logement (DAL 31). Un rassemblement est prévu devant la mairie à 12h30. Stéphane, autre sinistré, "espère que les choses vont se décanter grâce à ça. On va aussi créer une page Facebook pour un appel aux dons. Certains n'ont plus rien. C'est une épreuve déjà assez difficile à traverser, si en plus on doit se battre pour le relogement ça devient compliqué."

Quelle solutions de relogement pour ces sinistrés ? "La préfecture comme la mairie pourraient prendre un arrêté de réquisition sur un bâtiment vacant par exemple pour reloger les personnes", explique François Piquemal, porte-parole de l'association DAL 31. Pourquoi monter un tel collectif ? "C'est surtout pour que les victimes puissent se retrouver ensemble. Pour qu'il n'y ait pas de division entre ceux qui dorment au gymnase et les autres qui bénéficient d'une assurance mais qui ne savent ce qui adviendra à terme. On conseille toujours ça aux habitants, c'est ce qui permet de se défendre juridiquement, de répartir équitablement les frais judiciaires et de se défendre collectivement, qu'aucun habitant ne se retrouve lésé", ajoute François Piquemal. 

Les sinistrés, eux, ont décidé de créer une association d'ici la fin de la semaine. 

Choix de la station

France Bleu