Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Après une sixième fusillade, les habitants des Izards à Toulouse se rassemblent pour "conjurer la peur"

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Les habitants du quartier des Izards à Toulouse sous le choc après la nouvelle fusillade mercredi soir, la 6ème depuis le début de l’été, sont appelés à se rassembler ce vendredi soir pour dire stop aux règlements de compte. Un sursaut contre la peur et l’isolement face aux trafics.

Les enquêteurs de la PJ de Toulouse sur les lieux de la fusillade de mercredi soir dans le quartier des Izards
Les enquêteurs de la PJ de Toulouse sur les lieux de la fusillade de mercredi soir dans le quartier des Izards © Radio France - Olivier Lebrun

Les habitants des Izards à Toulouse se lèvent contre les fusillades. À 18 heures ce vendredi soir 18 septembre et après une énième fusillade dans le quartier mercredi soir, la sixième depuis début juillet , l'association "Izards Attitudes" organise un rassemblement "pour la paix", et pour dire stop  aux règlements de compte qui se multiplient sur fond de trafic de stupéfiant. 

La peur des balles perdues

Une bataille de clans de plus en plus violents qui sème la peur dans le quartier du nord toulousain. Ce mercredi soir vers 23 heures, un jeune homme de 24 ans a été gravement blessé par balles, chemin d’Audibert, près d'un point de deal. Les auteurs des coups de feu ont pris la fuite.

"On vit dans la peur à chaque instant" - témoignages des habitants des Izards

"J’ai entendu des bruits de mitraillette, à deux reprises,  vers 11 heures du soir" – témoigne cette habitante qui vit dans le quartier depuis 40 ans. "J’ai peur, mais on n'a pas le choix. On m’a accordé un logement là, et pour partir, c’est difficile" ajoute cette dame âgée qui ne sort plus le soir "À 18 heures, je suis chez moi et je ne sors plus. Il faudrait que la police s’en occupe un peu."

"On est choqués, on vit avec la peur" dit cette mère de famille 

Elle a vu la fusillade depuis son appartement avec ses enfants dont un fils handicapé. Au bord de la dépression, elle se sent isolée et ne comprend pas que sa vie soit si compliquée, encadrée par les trafiquants de drogue qui font la loi au pied de son immeuble.

"Je ne sais pas d’où ils sortent les armes. Les dealers ont longtemps squatté ma cage d’escalier, ils étaient plein dans le hall et l’entresol – dit cette autre habitante – cela fait 30 ans que je vis ici, c’était un quartier tranquille, mais là, ce n’est plus possible."

Les dealers maintenant viennent d'ailleurs

"Les habitants vivent dans la peur" confirme Alain Chainel de l'association Izards Attitudes qui appelle à ce rassemblement pour "la paix" dans le quartier. "Les gens qui participent à ces fusillades ne sont pas des tireurs d’élite, ils font de 'l’arrosage' " ce qui met chaque habitant en danger.

Alain Chainel de l'association "Izards Attitude", invité de France Bleu Occitanie

Le trafic de drogue existe depuis longtemps dans le quartier des Izards, mais ces derniers temps, il s’est transformé. Les clans de trafiquants de plus en plus violents viennent d’ailleurs, de Paris notamment.

"Ce ne sont plus des jeunes du quartier. Avant, on arrivait à dialoguer avec eux, on les connaissait. Maintenant ,c’est fini. On a plus prise sur eux." constate Alain Chainel. Dans son association "Izards Attitude" l’une des dernière encore active dans le quartier, des mamans organisent des cours du soir pour aider les jeunes, c'est comme ça qu'on peut les sortir de l'emprise du trafic. 

Le rassemblement de ce vendredi soir à 18h sur la place Micoulaud en plein cœur du quartier des Izards est une manière de sortir de l’isolement et d’affirmer sa présence, "sortir de chez soi, dire que nous sommes là et que les trafiquants ne sont pas les seuls à tenir la rue".

"Les gens devraient répondre présent" – espère l’association Izards Attitude. "Il faut que nous soyons nombreux à dire 'il faut que ça cesse', que nos enfants ne soient plus la cible de ces fusillades qui peuvent frapper n’importe qui, à n’importe quel moment."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess