Faits divers – Justice

Toulouse : au moins 37 familles relogées après un deuxième incendie en 10 mois dans un parking souterrain

Par Julien Laignez, France Bleu Toulouse lundi 4 janvier 2016 à 19:59

© Radio France - Oanna Favennec

Les canalisations ont fondu dans l'incendie qui a détruit trois voitures dans la nuit du dimanche 3 au lundi 4 janvier, dans le parking souterrain de l'immeuble le Cerdana, boulevard Déodat de Séverac à Toulouse. C'est le deuxième incendie, très probablement criminel, au même endroit en 10 mois.

Les habitants de 37 appartements de la résidence le Cerdana, boulevard Déodat de Séverac à Toulouse, sont relogés depuis ce lundi soir, après un deuxième incendie en moins d'un an dans le parking sous-terrain de l'immeuble. 

Une origine probablement criminelle

Le feu, très probablement d'origine criminelle, s'est déclaré dans la nuit de dimanche à lundi et a nécessité l'évacuation d'environ 140 personnes. Trois voitures ont été détruites. Pas de blessés ni de fumées dans les logements mais les canalisations d'eau ont fondu et le système d'évacuation des eaux usées est inutilisable.

Dans la nuit du 3 au 4 mars 2015, un incendie s'était déjà produit dans le même parking sous-terrain. L'enquête de police n'avait rien donné mais les mêmes habitants avaient déjà été relogés pendant plusieurs jours il y a près d'un an. Une résidence universitaire située dans un autre bâtiment mais au dessus du même parkings sous-terrain devait hier soir également faire l'objet de relogements. Habitat Toulouse ne donne aucun calendrier sur la durée du relogement.

Le système d'évacuation des eaux usées détruit

Selon une locataire du quatrième étage c'est le système d'évacuation des eaux usées qui est détruit : les canalisations ont fondu dans l'incendie. Une locataire émue et en colère : l'origine criminelle de ce nouvel incendie est très probable. Deux feux de voitures au même endroit en moins d'un an : la répétition des faits a de quoi intriguer, l'enquête menée l'an dernier n'avait pas permis d'interpeller le ou les auteurs. Deuxième élément troublant  : les travaux de rénovation du parking après le premier incendie venaient à peine de se terminer : depuis près d'un an les habitants étaient privés de stationnement et avaient dû évacuer leurs boxes de rangement.