Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Toulouse : dans une vidéo, un restaurateur accuse un élu municipal de corruption

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Sur Facebook, Julien Roumagnac, gérant d'un restaurant du centre-ville de Toulouse, assure que le conseiller municipal délégué aux fêtes et aux manifestations, Frédéric Brasilès, lui a demandé de l'argent pour l'organisation d'un événement. L'élu s'offusque et va porter plainte.

Julien Roumagnac, restaurateur à Toulouse, a publié une vidéo facebook dénonçant les agissements de l'élu Frédéric Brasilès
Julien Roumagnac, restaurateur à Toulouse, a publié une vidéo facebook dénonçant les agissements de l'élu Frédéric Brasilès - capture d'écran Facebook

Toulouse, France

Elle a déjà été visionnée plus de 30 000 fois sur Facebook. Vendredi 23 août, Julien Roumagnac, gérant du "Caffé Baggio", a publié une vidéo sur son compte personnel et sur la page de son établissement où il dénonce les agissements de Frédéric Brasilès, conseiller municipal de Toulouse délégué aux fêtes et aux manifestations.

"Le Benalla de la mairie de Toulouse"

Julien Roumagnac se dit "dégoûté" qu'une soirée pool party qu'il voulait organiser ce dimanche 25 août n'ait pas été acceptée par la mairie.

"Monsieur Brasilès, hors nous avoir demandé de l'argent liquide pour la Feria Tolosa, me met une pression énorme sur l'événement de dimanche, tout simplement parce qu'il y a une petite piscine d' 1m50 sur deux. (...) Un élu, un petit peu Le Benalla de la mairie de Toulouse, fait ce qu'il veut, quand il veut, où il veut." - Julien Roumagnac, gérant du Caffé Baggio, à Toulouse

Il faut noter que Julien Roumagnac n'emploie jamais les termes "corruption" ou "trafic d'influence".

Pour l'instant, le restaurateur ne veut pas en dire plus, mais il précise par écrit : "Les soutiens arrivent de toute part. (...) Notre but aujourd’hui n’est pas d’accuser à tort l’ensemble du monde politique mais essayer de rétablir un peu de justice et de moralité."

L'élu va porter plainte 

Frédéric Brasilès, lui, dénonce des propos mensongers.

"J'ai toujours été droit dans mes bottes. Je n'ai jamais touché un seul euro d'argent liquide pour donner de l'argent de la municipalité. Je vais porter plainte pour diffamation et dénonciation calomnieuse." - L'élu toulousain Frédéric Brasilès

L'élu Frédéric Brasilès répond aux accusations du restaurateur toulousain

"Bouc émissaire"

Frédéric Brasilès indique par ailleurs à France Bleu que Julien Roumagnac lui en voudrait depuis cette fameuse Feria Tolosa, organisée par le restaurateur pendant trois jours en juillet 2018, sur le parking du Zénith.

"Il a mis la mairie devant le fait accompli pour cet événement et a pris certaines choses pour un dû alors que la ville ne lui doit rien. Depuis ce jour, il a besoin d'un bouc émissaire pour faire valoir le peu de fréquentation qu'il y a eu", assure l'élu. Cet événement n'a pas été reconduit en juillet 2019.

Entre les lignes, Frédéric Brasilès suggère aussi que c'est Julien Roumagnac lui-même qui met une certaine forme de pression "pour pouvoir monter ses affaires privées".

L'affaire en justice

L'affaire va donc aller devant la justice. Frédéric Brasilès et Julien Roumagnac ont chacun pris un avocat, sans toutefois préciser lesquels ("c'est un ténor du barreau", indique simplement l'élu).

Il faut savoir que la corruption est passible de 10 ans de prison et 1 million d'euros d'amende alors qu'une dénonciation calomnieuse peut conduire à 5 ans de prison et 45 000 euros d'amende selon le code pénal.

Choix de la station

France Bleu