Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des policiers chargés d'apaiser les tensions dans les manifs bientôt à Toulouse

-
Par , France Bleu Occitanie

Plusieurs policiers toulousains suivent actuellement une formation pour intégrer dans les manifestations des équipes de liaison et d'information, désignées sous l'acronyme ELI. Il s'agit de policiers chargés d'apaiser les tensions par un dialogue permanent avec les organisateurs de manifestations.

Plusieurs plaintes ont été déposées à Toulouse pour des cas de violences policières présumées
Plusieurs plaintes ont été déposées à Toulouse pour des cas de violences policières présumées © Radio France - Théo Caubel

Les ELI, équipes de liaison et d'information vont bientôt faire leur apparition dans les cortèges de manifestants à Toulouse, comme ailleurs. Ce sont des policiers sans bouclier ni casque ni lanceur de balles de défense, chargés d'apaiser les tensions par un dialogue permanent avec les organisateurs. Et c'est une des mesures annoncées dans le nouveau schéma national du maintien de l'ordre, une réflexion initiée par l'ancien ministre de l'intérieur Christophe Castaner pour répondre aux polémiques à répétition concernant la gestion très controversée des manifestations par les forces de l'ordre. 

À Toulouse, de nombreuses plaintes contre les forces de l'ordre

Des manifestations à la gestion controversée, à Toulouse ce n'est pas ce qui manque. :

Les futures équipes de liaison et d'information vont avoir beaucoup de travail. Pour le moment seuls deux policiers toulousains ont suivi la formation. D'ici fin mars ils seront plus nombreux, affirme le SICOP le service d'information et de communication de la police nationale. Ils seront opérationnels une fois les 600 policiers français formés et identifiables dans les cortèges par un brassard bleu ciel.

L'Observatoire "jugera sur pièce"

Pour Pascal Gaffiot, de l'Observatoire toulousain des pratiques policières, ces ELI vont dans le bon sens  : "Tout ce qui peut aller dans le sens de faire baisser les tensions et éviter les violences policières, nous sommes pour. Nous dénonçons la présence de policiers non formés dans les manifestations. S'ils ne viennent pas en roulant les mécaniques, il n'y a pas de raison que cela se passe mal. Nous jugerons sur pièce."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess