Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des Toulousains jugés pour avoir escroqué la Caisse d'Epargne pour près d'un million d'euros

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Ils auraient profité d'une faille dans le contrôle de validité des chèques au moment de leur encaissement. Cinq Toulousains du Mirail sont jugés ce 2 février par le tribunal correctionnel pour escroquerie. Ils auraient détourné 900.000 euros au préjudice de la Caisse d'Epargne Midi-Pyrénées.

Le préjudice de la Caisse d'Epargne Midi Pyrénées serait de 900 000€ (photo d'illustration).
Le préjudice de la Caisse d'Epargne Midi Pyrénées serait de 900 000€ (photo d'illustration). © Maxppp - Sébastien Jarry

Cinq Toulousains âgés de 26 à 36 ans sont jugés ce mardi 2 février devant le tribunal correctionnel de Toulouse pour escroquerie. Ces habitants du Mirail sont soupçonnés d’avoir en 2013 et 2014 causé un préjudice de 900.000 euros à la Caisse d’Epargne de Midi-Pyrénées. Le système d’escroquerie semble avoir été aussi vaste que simple.

Une faille dans le contrôle de validité des chèques

Ces présumés escrocs profitent d’une faille dans le  contrôle de validité des chèques au moment de leur encaissement. Leur mode opératoire se divise en trois phases : 

  • D’abord ils recrutent des quidams. Les enquêteurs en identifient 25. En échange de quelques centaines d’euros ces prête-noms ouvrent un compte à la Caisse d’Epargne.
  • Puis ils créditent les comptes avec des chèques volés, récupèrent les codes internet et font des virement au profit de comptes-relais toujours dans la même banque mais au nom d’autres personnes. Là, le nombre de personnes identifiées se monte à 48.
  • Enfin, très rapidement, ils retirent l’argent. Pour ce faire la tête de réseau se déplace et accompagne les personnes qui retirent les espèces au guichet.

Un réseau bien organisé donc, mais pas très discret : les enquêteurs retrouvent sur Facebook une vidéo représentant des liasses de chèques, volés en l’occurrence.

Une partie de l’argent aurait servi à acheter un local commercial à Paris pour y faire une pizzeria.

Les cinq prévenus n’ont à ce jour jamais été condamnés. Ils ont fait de la détention provisoire, et sont placés depuis leur libération sous contrôle judiciaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess