Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'ancien numéro 2 du fisc en Occitanie et son épouse soupçonnés de corruption n'ont finalement pas été jugés

-
Par , France Bleu Occitanie

Les époux Menvielle ont quitté le tribunal soulagés ce vendredi matin. L'ancien numéro 2 du fisc en Occitanie et sa femme, poursuivis pour corruption, ne seront pas jugés tout de suite. Leurs avocats ont obtenu l'ouverture d'une information judiciaire. Le dossier est remis à plat.

Maître Laurent Boguet, l'un des deux avocats des époux Menvielle.
Maître Laurent Boguet, l'un des deux avocats des époux Menvielle. © Radio France - Pascale Danyel

Tout repart à zéro dans le dossier Menvielle. Alors que le procès pour corruption de l'ancien numéro 2 des finances publiques en Occitanie était le seul de la journée affiché dans la salle d'audience numéro 7 du palais de justice de Toulouse, il n'aura finalement duré que deux petites heures. Le temps pour les avocats d'argumenter. Après avoir délibéré, la présidente du tribunal a annoncé que leur demande était retenue et que "le ministère public devait mieux se pourvoir". La suite logique c'est qu'un juge d'instruction soit désigné dans cet épais dossier de corruption.

Les époux Menvielle soulagés

Marc et Karine Menvielle ont quitté le tribunal soulagés ce vendredi matin. L'ancien numéro 2 du fisc en Occitanie et sa femme sont soupçonnés de corruption, ils ne seront finalement pas jugés tout de suite. Leurs avocats ont obtenu l'ouverture d'une information judiciaire. En fait, le dossier est remis à plat. Les époux, âgés de 62 et 47 ans sont soupçonnés d'être au cœur d'un scandale de corruption. A l'époque où lui était numéro 2 du fisc en Occitanie, et elle chef de division chargée des contrôles fiscaux.

Le parquet les soupçonne d'avoir abusé de leur position pour favoriser un ami restaurateur et un autre ami chef d'entreprise, en échange de quoi ils auraient reçu des cadeaux, des voyages gratuits en Chine et à l'Ile Maurice, des dizaines de repas dans un restaurant toulousain, et même une promesse d'embauche à l'issue de la retraite de monsieur. 

Garde à vue, nuit au commissariat de police, les Menvielle ont tout connu, mais le parquet est allé au procès sans passer par la case juge d'instructionet c'est cet argument qui l'emporte auprès la présidente du tribunal correctionnel. Il faut recommencer l'enquête à zéro à la grande satisfaction de maître Laurent Boguet, l'un des deux avocats des époux. 

"Quand on va vite, on va souvent mal. Dans un dossier comme ça, renvoyer à l'issue d'une enquête orientée et partielle ne s'inscrit pas dans les grands principes du droit pénal. Les droits de la défense ont été piétinés."

L'affaire Menvielle ne fait donc que débuter.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix
Choix de la station

À venir dansDanssecondess