Société

Toulouse : "La coupure d'électricité est le dernier stade" selon le délégué régional d'EDF en Occitanie

Par Magalie Lacombe, France Bleu Toulouse mardi 17 janvier 2017 à 8:48

"Il faut rappeler que l'équilibre offre / demande est assuré et confié à RTE [le gestionnaire du réseau de transport de l'électricité]", nous dit Gilles Capy, délégué régional EDF en Occitanie
"Il faut rappeler que l'équilibre offre / demande est assuré et confié à RTE [le gestionnaire du réseau de transport de l'électricité]", nous dit Gilles Capy, délégué régional EDF en Occitanie © Radio France

Une vague de froid inédite depuis 5 ans touche la France, en général, et la région Occitanie, en particulier. Le gestionnaire du réseau de transport de l'électricité RTE assure que l'alimentation électrique est suffisante, ce mardi.

"Il faut rappeler que l'équilibre offre / demande est assuré et confié à RTE [le gestionnaire du réseau de transport de l'électricité]"

Préambule de Gilles Capy, délégué régional EDF en Occitanie, ce mardi matin, pour expliquer la responsabilité du producteur d'électricité dans une période de grand froid comme celle que nous vivons, cette semaine, qui doit vérifier que tous les moyens de production, en France et dans la région, sont au maximum de leurs possibilités et peuvent produire sur le réseau les sollicitations que les clients et la situation générale le demandent.

Gilles Capy, délégué régional EDF : "La coupure est le dernier stade qui permet d'assurer l'équilibre entre l'offre et la demande." - Aucun(e)
Gilles Capy, délégué régional EDF : "La coupure est le dernier stade qui permet d'assurer l'équilibre entre l'offre et la demande." - EDF Occitanie

Magalie Lacombe : Est-ce qu'on peut craindre des coupures intempestives ?

Gilles Capy : La coupure est le dernier stade qui permet d'assurer l'équilibre entre l'offre et la demande. Avant, il y a un certain nombre de paliers qu'il faut franchir, qui pour l'heure ne sont pas activés. Il faut souligner qu'à l'heure où on parle, le parc nucléaire, en France, est en disponibilité à 90% et pour ce qui nous concerne, la centrale de Golfech est en parfait état de fonctionnement. On a la chance aussi d'avoir dans notre parc, un parc hydraulique et c'est le cas également en Occitanie, extrêmement important, qui a un caractère stratégique parce qu'il a une capacité de répondre à des variations de consommation, notamment le matin et le soir, à l'heure des pointes qui est tout à fait remarquable et lui aussi, il est en parfait état de fonctionnement. On prend des mesures anticipatrices et nos techniciens anticipent des actes de maintenance. (...) Le problème de l'énergie, c'est que la courbe n''est pas linéaire tout au long de l'année. A certaines périodes de l'année, on est exportateur dans la région et à d'autres périodes, comme c'est le cas aujourd'hui, on est importateur. Et ça ne nous pénalise pas.

Le risque d'interruption électrique est lié à la pointe et pas lié à l'énergie elle-même.

Qu'est-ce qu'on peut faire à notre niveau ?

Le matin, quand on se lève et le soir, quand on rentre, il y a des gestes tout à fait simples et qui sont extrémement importants qu'il faut que chacun de nous effectue, comme par exemple ne plus connecter tous les appareils à alimenter en électricité et on en a beaucoup dans notre maison. On évite de faire tourner la machine à laver le matin ou le soir. On baisse un peu la température le matin et le soir. Il faut se mettre un pull supplémentaire. C'est une question d'heures. Il y a une pointe qu'il faut étaler.

Et quid des entreprises et des collectivités locales ?

Certaines entreprises, de manière contractuelle, s'organisent pour se soustraire du réseau si RTE le demande et les collectivités locales, également, peuvent prendre des mesures d'économie dans tous les bâtiments communaux, comme le font les particuliers. Ce sont des gestes citoyens, il n'y a pas d'obligation réelle. Le parc d'EDF et des autres producteurs est opérationnel et en pleine efficacité. Les mesures ultimes seraient décidées par RTE s'il y avait un déséquilibre.

L'intérgralité de l'interview de Gilles Capy, délégué régional EDF en Occitanie, sur France Bleu Toulouse

► LIRE AUSSI : Une vague de "froid généralisé" attendue en France, ce mardi