Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Toulouse : le meurtre du Milano restera inexpliqué

jeudi 6 septembre 2018 à 16:23 Par Pierre Viaud, France Bleu Occitanie

Plus de quatre ans après le meurtre d'un homme de 25 ans attablé dans la pizzeria toulousaine, la cour d'appel de Toulouse prononce un non lieu. L’enquête n'a pas permis d'identifier le tireur ou son commanditaire.

Le meurtre du Milano ne sera jamais résolu
Le meurtre du Milano ne sera jamais résolu © Radio France - radio france

Toulouse, France

"C'est un fiasco judiciaire" disait dès le mois de juin dernier l'avocate Stella Bisseuil alors qu'elle plaidait pour la réouverture de cette instruction, plus de quatre ans après les faits. L'assassinat, par erreur, d'un jeune homme de 25 ans, attablé dans la pizzeria "le Milano" route de Launaguet à Toulouse, et abattu à bout portant d'un coup de fusil à la pompe tiré dans la gorge.  Une victime confondue avec  l'un des protagonistes du trafic de drogue sur la Ville Rose à une époque où la guerre faisait rage entre bandes rivales. Neuf exécutions ont été recensées entre 2013 et 2017 dont celle de cet homme qui n'avait rien à voir, ni de prés ni de loin, avec les stupéfiants. Aucune des enquêtes n'a abouti.

Dans un communiqué l'avocate de la famille dit que "la justice a échoué à interpeller et sanctionner les coupables" et que "les parties civiles ne peuvent que s'en indigner".

L’enquête a buté sur la loi du silence. Ni le tueur ni son commanditaire n'ont pu être identifiés.

"Jamais on ne saura qui a tiré au fusil à pompe"