Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Toulouse : le ministère condamne les "allégations" visant les gardiens de la prison de Seysses

samedi 21 avril 2018 à 17:34 Par Stéphane Garcia, France Bleu Occitanie et France Bleu

Le ministère de la Justice a condamné samedi 21 avril les "allégations" visant les surveillants de la prison de Seysses, après la mort de Jaouad, retrouvé pendu dans sa cellule le weekend dernier.

Maison d'arrêt de Seysses
Maison d'arrêt de Seysses © Maxppp - Maxppp

Toulouse, France

C'est ce qui aurait mis le feu au poudre en début de semaine quartier du Mirail à Toulouse. La mort de Jaouad, 27 ans, natif de la Reynerie, le weekend dernier à la prison de Seysses.  La rumeur relayée par les émeutiers affirmait qu'il avait été tué par les surveillants pénitentiaires. Aujourd'hui, le Ministère de la Justice prend position sur le dossier.

Dans un communiqué, la Chancellerie a répondu ce samedi aux accusations concernant le personnel de la maison d'arrêt de Seysses, suite à la mort d'un détenu dans la nuit du samedi 14 mars au dimanche 15 mars. Il était en détention provisoire pour une affaire criminelle commise dans un autre département.

Dans ce communiqué, le ministère de la Justice "condamne les allégations circulant sur les réseaux sociaux concernant la mort d'une personne détenue survenue au quartier disciplinaire" et a évoqué la possibilité de suites judiciaires pour les auteurs des commentaires. "Ces accusations sont graves ; le ministère se réserve d’y donner toute suite qu’il appartiendra à l’encontre des auteurs, ou relais, de ces allégations".

D'après les premiers éléments de l'enquête, qui est en cours, la Chancellerie déclare que "rien ne permet d’alléguer que la mort du détenu puisse être due à des violences volontaires, a fortiori imputables à des agents du service public pénitentiaire". Les résultats de l'autopsie ont permis d'expliquer la cause du décès du prisonnier de 27 ans. L'expertise conclu que Jaouad serait mort par asphyxie.