Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Toulouse : le médecin suspecté d'avoir escroqué la CPAM peut à nouveau exercer

jeudi 27 juillet 2017 à 16:02 Par Stéphanie Mora, France Bleu Occitanie et France Bleu

Mercredi, le tribunal correctionnel de Toulouse a levé l'interdiction de pratiquer du médecin suspecté de fraude à la CPAM. Un "soulagement" pour le généraliste toujours suspecté d'avoir détourné 420.000€.

Le médecin toulousain peut reprendre son activité en attendant son procès en octobre.
Le médecin toulousain peut reprendre son activité en attendant son procès en octobre. © Maxppp - Photo PQR/L'Est Républicain

Toulouse, France

C'est une petite victoire pour le médecin toulousain suspecté d'avoir escroqué 420.000€ à la CPAM.

Mercredi 26 juillet, le tribunal correctionnel de Toulouse a levé l'interdiction d'exercer que le juge avait prononcé lors de la mise en examen. "Une satisfaction et un soulagement" confie son avocat, Me Alexandre Martin. Le généraliste va pouvoir rouvrir son cabinet en attendant son procès le 2 octobre prochain. Il reste placé sous contrôle judiciaire d'ici là. Depuis le début de l'affaire, cet homme qui exerce depuis 17 ans et qui est installé dans le quartier du Mirail nie la volonté d'une fraude massive. Son avocat parle au contraire d'un médecin "humaniste" qui a voulu accomplir sa mission et soigner des sans papier et des migrants. "Il n'y a aucun acte fictif" martèle l'avocat.

Le médecin avait été placé en garde à vue le 11 juillet après une enquête de la Sûreté départementale sur un signalement de la Caisse primaire d'assurance maladie qui avait comptabilisé jusqu'à 115 consultations facturées en une journée, soit un patient vu toutes les cinq minutes.