Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Toulouse : les habitants de la Reynerie écœurés par les affrontements

mardi 17 avril 2018 à 19:42 Par Charlotte Jousserand, France Bleu Occitanie et France Bleu

Depuis ce dimanche 15 avril, des affrontements se déroulent entre jeunes et forces de l'ordre à la nuit tombée dans le quartier du Mirail à Toulouse. Des voitures sont incendiées comme certains containers à poubelles. Les habitants dorment difficilement.

25 voitures incendiées dans la nuit de lundi à mardi dans le quartier du Mirail
25 voitures incendiées dans la nuit de lundi à mardi dans le quartier du Mirail © Radio France - Charlotte Jousserand

Toulouse, France

A la Reynerie, les habitants se réveillent lassés de cette situation. Depuis ce dimanche 15 avril, dans leur quartier, s'affrontent le soir jeunes et forces de l'ordre et cela dure une bonne partie de la nuit. Lorraine s'est retrouvée bloquée dans la nuit de lundi à mardi dans l'ascenseur : "Au neuvième étage car ils commençaient à taper sur les portes, on a attendu plus de deux heures car les portes étaient cassées"

La jeune femme a finalement pu rentrer chez elle. Depuis son balcon, elle a vu les scènes d'affrontements : "Il y a les feu d'artifices, les pétards, les cailloux envoyés par les jeunes par provocation mais ces jeunes ils ne nous font rien. Ce n'est qu'avec la police, les jeunes ne s'occupent pas des passants". Dans la nuit de lundi à mardi, 200 policiers et CRS étaient sur place, aidé d'un hélicoptère. 18 personnes ont été arrêtées. Parmi elles, beaucoup de mineurs selon le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc.  La préfecture et la mairie de Toulouse envisagerait de mettre en place un couvre-feu pour les mineurs.

Une rumeur à l'origine des affrontements

Mais cette situation angoisse fortement Keira, cette jeune maman dort mal. Elle pense à ces quatre enfants. "Même les enfants étaient choqués. C'est vraiment inadmissible, invivable. On n'est pas en sécurité ici. J'ai envie de partir de là. Je n'ai pas envie de mettre la vie de mes enfants en jeu". La plupart des habitants de la Reynerie sont écœurés par ces violences comme Salah.  A côté de lui, deux caracasses de voitures incendiées. Salah porte un gilet jaune fluo et ramasse les débris des affrontements avec une pince. Dans son bac, se retrouvent pèle-mêle, des morceaux de verres, de plastiques et des emballages de pétards vides. "Nous les habitants, on est très surpris. On ne comprend pas pourquoi ces jeunes font ça." 

18 personnes ont été arrêtées dans la nuit de lundi à mardi - Radio France
18 personnes ont été arrêtées dans la nuit de lundi à mardi © Radio France - Charlotte Jousserand

A l'origine de ces émeutes notamment, la mort d'un détenu à la prison de Seysses. Jawad, 27 ans, s'est suicidé alors qu'il était à l'isolement. Une enquête est toujours en cours mais le parquet de Toulouse confirme la mort par pendaison. Dans le quartier de la Reynerie, d'où était originaire le jeune homme, certains n'y croient pas. Une rumeur prétend qu'il a été battu par les surveillants et c'est ce qu'ont choisi des croire les jeunes du quartier. 

Des réunions avec les associations de quartier

Déjà deux nuits d'affrontements dans le quartier, pour Salah c'est trop. Il aimerait que cela s'arrête comme beaucoup d'habitants qui craignent que leur voiture soit la prochaine à brûler pendant la nuit. La mairie de Toulouse souhaite aussi un retour au calme. Elle ne communique pas mais organise des réunions avec les associations de quartiers pour trouver comment apaiser la situation. 

Mardi en début de soirée, on apprenait que 16 personnes des 18 personnes interpellées la nuit précédente (4 mineurs et 12 majeurs) voyaient leur garde à vue prolongée de 24h. Deux mineurs ont été relâchés.