Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

À Toulouse les massages chinois cachaient une filière d'immigration clandestine et un réseau de proxénétisme

jeudi 28 janvier 2016 à 19:06 Par Julien Laignez, France Bleu Occitanie

Après un an d’investigations, les enquêteurs de la PAF (Police aux Frontières ) de Toulouse ont démantelé un réseau de proxénétisme et d’aide au séjour irrégulier.

Salon de massage chinois (photo d'illustration)
Salon de massage chinois (photo d'illustration) © Maxppp

Toulouse, France

Si c'est la PAF (Police aux frontières) qui a été saisie c'est parce que fin 2014, la justice ouvre une enquête pour une affaire de filière d'immigration clandestine. Les salariées chinoises - du pseudo salon asiatique de Matabiau - suscitent l'intérêt des enquêteurs.

Au moins sept jeunes femmes sont arrivées à Toulouse en un peu plus d'un an : officiellement donc pour travailler comme masseuses, avec une promesse d'embauche, ce qui leur permettait d'avoir des papiers !

Des prestations qui vont bien au-delà du massage

Mais dans le cadre de leur enquête, les policiers découvrent que ces jeunes filles facturent à leurs clients des prestations qui vont bien au delà du massage et tombent sous le coup du proxénétisme. Mais ce n'est pas tout : des Français ont aussi participé, toujours à Toulouse,  à plusieurs mariages blancs. Il y a eu au moins une cérémonie arrangée mais probablement d'autres. 

Le week-end dernier, les policiers passent à l'action : 10 suspects sont interpellés à Toulouse et à Paris. Parmi eux des Chinois et quelques Français, en tout plus de 17 000 euros en liquide sont saisis. À l'issue de ces garde à vue, cinq personnes (quatre femmes et un homme ),  toutes chinoises ont été placées en détention provisoire et mis en examen pour proxénétisme aggravé et aide au séjour irrégulier.