Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Toulouse : les prix de l'immobilier flambent avec plus 21 % en 3 ans

-
Par , France Bleu Occitanie

Toulouse est en train de devenir l'une des villes de France où les prix de l'immobilier progressent le plus. Ils ont augmenté de 7,1 % en 2019, et cette hausse devrait être encore plus forte en 2020.

Les prix de l'immobilier ont progressé de 7,3 % à Toulouse en 2019. Ici, le quartier Borderouge en construction au nord de Toulouse
Les prix de l'immobilier ont progressé de 7,3 % à Toulouse en 2019. Ici, le quartier Borderouge en construction au nord de Toulouse © Maxppp - PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI

Les prix de l'immobilier flambent à Toulouse. Ils ont progressé de 7,3  % entre janvier 2019 et janvier 2020, plus 21,6  % si on étale sur 3 ans et même plus 28,9  % sur 5 ans selon les chiffres de l'agence Meilleurs Agents. Le prix du mètre carré atteint désormais les 3.165 euros à Toulouse. La ville rose se situe à la onzième place des villes les plus chères de France. C'est même la sixième ville où les prix de l'immobilier flambent le plus après Angers, Paris, Villeurbanne, Nantes et Lyon. Cette hausse devrait se poursuivre en 2020 avec plus 9  % environ. 

Des biens trop rares dans certains quartiers de la ville

Les taux d'intérêt bas ont favorisé les achats au niveau national. Toulouse a su tirer son épingle du jeu en étant "attractif au niveau économique et sur la qualité de vie, fait remarquer Sophie Bensaid, directrice de l’agence Stéphane Plaza de Toulouse centre. On a 15.000 personnes qui arrivent tous les ans sur l'agglomération. Ils viennent souvent de Paris ou ce sont des cadres du reste de l'Europe avec un budget confortable. Ils cherchent vers le centre-ville. La demande est forte. On a un indice de tension immobilière sur ce secteur de 30 %. C'est-à-dire qu'il y a _30 % d'acquéreur de plus que de bien à proposer_. Cela pousse les prix vers le haut."

Des acquéreurs qui doivent être réactifs

Parmi les biens recherchés, la demande sur les maisons de ville est forte. Étienne et Désiré, deux jeunes Toulousains, viennent de se positionner sur une maison dans le quartier des minimes. "Ça fait un an qu'on cherche. On avait des exigences. On a dû visiter une trentaine de maisons avant de découvrir celle-ci", explique Désiré, heureux d'avoir trouvé ce pavillon avec jardin. "Il y avait beaucoup de maisons qui apparaissaient sur le marché puis disparaissaient avant même de pouvoir les visiter. C'était un peu frustrant", reconnait Étienne. 

S'ils ont pu se positionner sur cette maison, c'est grâce à leur réactivité. Ils ont fait une offre moins de dix jours après l'apparition de l'annonce. "Ce n'est plus surprenant, analyse Sophie Bensaid. Cette rapidité change un peu notre métier d'agent immobilier. Il faut que tout soit prêt, les diagnostics, les vérifications, lorsqu'on publie une annonce afin que les acquéreurs puissent prendre une décision rapidement."

Et la pression sur l'immobilier devrait se poursuivre, la ville de Toulouse attire chaque année 5.200 habitants.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu