Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Toulouse : une centaine de tombes profanées au cimetière de Terre Cabade

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Occitanie, France Bleu

Une centaine de tombes du plus grand cimetière de Toulouse ont été profanées dans la nuit de samedi à dimanche.L'enquête s'annonce délicate car les profanateurs ont laissé peu d'indices. Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc parle de dégradations de grande ampleur.

Des dégradations sur les tombes au cimetière de Terre Cabade
Des dégradations sur les tombes au cimetière de Terre Cabade © Radio France - Olivier Lebrun

Toulouse, France

Une centaine de tombes du plus grand cimetière de Toulouse ont été profanées dans la nuit de samedi à dimanche. Le cimetière de Terre-Cabade, situé près du quartier Jolimont, est resté fermé toute la journée de Dimanche . La police est sur place pour mener les premières constatations.

Des dégradations de grande ampleur

Les dégradations dans ce cimetière de 300 000 tombes sur 33 hectares seraient importantes. Selon les premières constatations, elles concerneraient principalement les crucifix, les fleurs et les jardinières éparpillées dans les allées. 

Une centaine de tombes auraient été dégradées au cimetière de Terre Cabade - Radio France
Une centaine de tombes auraient été dégradées au cimetière de Terre Cabade © Radio France - Olivier Lebrun

Le maire de Toulouse Jean Luc Moudenc qui s’est rendu sur place parle de dégradation de « très grande ampleur ».  Il affirme qu'aucune trace, aucune signature, ni symbole n'ont été retrouvés dans le cimetière. Aucune communauté ou religion ne seraient visées en particulier.

Le maire de Toulouse Jean Luc Moudenc impressionné par l'ampleur des dégâts

Toute la journée de Dimanche , derrière les grilles fermées du cimetière , les hommes de la police judiciaire s'affèrent , pour prélever d'éventuelles empruntes , des traces ADN qu'auraient pu laisser les profanateurs. Car c'est l'étendue des dégâts qui intrigue . Sur les 33 hectares de ce cimetière de 300 000 tombes , le plus ancien de Toulouse, les allées sont jonchées de débris, des plaques, des colonnes,  des vases cassés , de nombreux crucifix ont été brisés. Les vandales semblent avoir agi sans logique précise, certains îlots ont été épargnés, d'autres dévastés sur toute la superficie du cimetière. Une seule tombe a été éventrée, mais aucune religion ou communauté ne semble avoir été visée en particulier. 

Les quelques tombes juive ou musulmanes sont épargnées.

Les profanateurs n'ont laissé aucune inscription , aucune revendication. Pas de bouteilles vides pouvant trahir une soirée éméchée. Et pas d'images de ces intrus destructeurs, le vieux cimetière n'est pas équipé de caméras de vidéo surveillance.

La mairie de Toulouse va porter plainte contre X . Pour informer les familles, les services municipaux établissent  un inventaire précis des tombes profanées. Il sera consultable à partir de ce Mardi 11 juin sur le site internet du cimetière et sur le site www.toulouse.fr