Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Toulouse : première condamnation après les nuits de violences au Mirail

mercredi 18 avril 2018 à 19:38 Par Charlotte Jousserand, France Bleu Occitanie et France Bleu

Un jeune homme de 18 ans vient d'être condamné à six mois de prison dont trois avec sursis par le tribunal correctionnel de Toulouse. Il fait partie des 24 personnes interpellées depuis le début des violences dimanche soir.

Le jeune homme avait un casier judiciaire vierge
Le jeune homme avait un casier judiciaire vierge © Radio France - Charlotte Jousserand

Toulouse, France

C'est le premier a être jugé après les violences et les affrontements avec les forces de l'ordre au Mirail. C'est un jeune homme de 18 ans, en CAP mécanique qui est dans le box ce mercredi 18 avril. Jusque-là, son casier judiciaire était vierge et c'est la première fois qu'il se retrouve dans un tribunal. Il a raconté pendant l'audience qu'il a voulu faire le malin, "montrer aux autres qu'il était un homme". Ce lundi soir, c'est la deuxième nuit de violence dans son quartier, le jeune homme le sait car sur les réseaux sociaux, des messages haineux appellent "tous les quartiers de Toulouse" à "venir avec les mortiers" pour faire de cette soirée "une dinguerie"

Dans la soirée de lundi, une voiture de police passe dans sa rue. Avec un ami, il décide de jeter des pierres. Les deux jeunes sont repérés par les trois policiers qui se trouvent à l'intérieur. Ils sont identifiés et arrêtés rapidement. En garde à vue, le jeune homme commence à nier mais finit par reconnaître les faits car sur son téléphone, les policiers découvrent une vidéo. Le jeune homme s'est filmé en train d'insulter la police avec, pour décor, une voiture en flammes. 

"Une situation dramatique"

Pendant l'audience, le jeune homme déclare qu'il s'excuse et qu'il regrette. Il ne fait plus du tout le malin dans le box surtout quand le procureur de la République l'interpelle et s'emporte sur "la situation dramatique" dans les quartiers toulousains pour "ces centaines de milliers d'habitants qui souhaitent une vie tranquille" et dénonce "ce gâchis". Le procureur a requis huit mois à un an de prison ferme mais finalement le tribunal condamne le jeune homme à six mois de prison, dont trois fermes avec aménagement de peine

Selon son avocate, maître Olivia Guibert, son client est "un jeune qui fait comme les copains et qui fait des choses complètement stupides". Selon maître Guibert, il n'est "ni organisateur ni participant, c'est un idiot" et le tribunal avec ce jugement "lui donne une chance" mais veut aussi "marquer le coup"

10 personnes jugées en comparution immédiate ce vendredi

Parmi les 24 personnes arrêtées suite à ces violences au Mirail, six sont toujours en garde à vue. Dix sont jugées en comparution immédiate ce vendredi 20 avril au tribunal correctionnel de Toulouse. Parmi les six mineurs interpellés, deux sont rentrés chez leurs parents mais quatre vont passer devant le juge pour enfants avant une possible mise en examen.