Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Toulouse - Procès de l'affaire Patricia Bouchon : l'avocat général requiert l'acquittement

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Occitanie, France Bleu

Depuis le 14 mars 2019, la cour d'assises de Haute-Garonne juge Laurent Dejean, un ancien plaquiste de Bouloc (nord Haute-Garonne) est poursuivi pour homicide volontaire de Patricia Bouchon. Cette habitante de Bouloc a été tuée alors qu'elle faisait son jogging le 14 février 2011.

Dernier jour d'audience avant le verdict dans ce procès de Laurent Dejean, accusé du meurtre de la joggeuse de Bouloc.
Dernier jour d'audience avant le verdict dans ce procès de Laurent Dejean, accusé du meurtre de la joggeuse de Bouloc. © Radio France - Vanessa Marguet

Toulouse, France

Ce jeudi est consacré aux plaidoiries des avocats et au réquisitoire de l'avocat général. Ce dernier dans une prise de parole qui a duré environ deux heures a requis l'acquittement de Laurent Dejean, faute de preuves suffisantes.

L'attitude de l'avocat général avait été très critiquée par la partie civile au début du procès. Christian Bouchon, le mari et sa fille Carlyne jugeaient ses interventions trop "favorables" à l'accusé. Ce matin David Sénat a précisé sa position : 

"Personnellement je suis quasiment certain que c'est lui l'assassin mais il me manque la preuve ultime (...). La justice doit se départir de toute approche passionnelle (...). L'avocat général doit dire ce qui est juste. " - L'avocat général au procès de l'affaire Patricia Bouchon.

Le magistrat du parquet a aussi déploré une "succession d'erreurs" au début de l'enquête. Puis il a démonté point par point les éléments à charge contre Laurent Dejean. Il qualifie le témoignage clé de "fragile", il rappelle qu'il n'y a pas de preuve ADN. Pour lui si une seule des traces ADN retrouvées sur la victime avait correspondu, "la question de la culpabilité aurait été tranchée", mais ce n'est pas le cas.

"Je ne sais pas"

L'avocat général rappelle aux jurés que l'accusé encourt une peine de 30 ans de réclusion criminelle et qu'ils doivent se poser la question : "Est-il raisonnable de penser qu'un autre que Laurent Dejean aurait pu commettre ce crime ?". Lui affirme ne pas avoir obtenu assez de réponses, pas assez de preuves et n'être "convaincu de rien". Ma position se résume en quatre mots : "je ne sais pas". C'est pour cette raison qu'il requiert l'acquittement, ce qui est très rare de la part d'un avocat général. 

Les avocats de la défense en voient leur tâche simplifiée. Me Guy Debuisson profite de sa plaidoirie pour rappeler aux jurés qu'"on ne peut pas condamner sans certitude (...) c'est la loi qui l'ordonne". Et d'ajouter : "un gros mille-feuille de présomptions ne peut pas faire une preuve". Il met en garde les jurés contre les risques d'erreurs judiciaires et leur lance : "Aillez le courage du doute !"

Les avocats de la famille Bouchon demandent "justice pour Patricia"

Les avocats de la partie civile eux ont une position bien différente. En début d'audience, ils se sont attachés à remettre la victime au cœur des débats. 

Me Léna Baro a souligné : " Elle aurait eu 58 ans. Elle aurait mis quelques cheveux blancs, quelques rides. Mais elle n'aurait pas perdu son sourire" et l'avocate de Carlyne Bouchon et Sandra Damiano (la fille et la soeur de la victime) de poursuivre : "ce dossier n'est pas vide. Tous les éléments convergent vers une seule personne : Laurent Dejean". L'avocate martèle : "il y a peu de doutes" et égrène :  la Clio blanche, le portrait robot très ressemblant établi par le témoin clé, la buse où le corps a été retrouvé et que peu de gens connaissaient, mais Laurent Dejean oui...

Me Stéphane Juillard, l'avocat de Christian Bouchon enchaîne et insiste sur la souffrance et le traumatisme de la famille : "Patricia ce n'est pas qu'une joggeuse". Il évoque aussi la personnalité de l'accusé, sa schizophrénie, sa décompensation. 

" Ce garçon là, sans le cannabis il n'aurait pas déclenché cette schizophrénie et il ne serait pas là aujourd'hui à se justifier (...) il est dans le déni et le restera (...) la famille de Patricia Bouchon est sans haine ni vengeance"  - Me Stéphane Julliard 

Me Juillard lit un poème écrit par Carlyne, un texte qui résume ce que sa maman aurait pu écrire : "continue à vivre intensément chaque seconde. Continuez à être fier de ce que vous êtes". L'avocat conclut en demandant aux jurés : "faites justice pour Patricia !"

Verdict vendredi 

Le verdict sera rendu demain. Laurent Dejean encourt une peine de 30 ans de réclusion criminelle. Pour qu'il soit acquitté, il faut que 4 membres du jury sur 9 (6 jurés et 3 magistrats professionnels) le déclarent non coupable ou s'abstiennent.